mik dupont UA-70672535-1

27/10/2016

Le PS s'est encore déculotté et le héros Magnette reprend sa place de clette.

magnette culotte.jpgLe PS s'est encore déculotté et le héros Magnette reprend sa place de clette. "L'intelligentsia" politique a bien manœuvré. La fulgurance de Paul se posant à l'élysette comme grand défenseur des sans armes contre la machinerie commerciale des multinationales s'évanouit et va chercher à proclamer sa victoire par quelques petits pétards griffonnés sur un traité contesté par les considérés innocents de la béatitude du libre marché. Loin de se révolter contre le système économique, l'élite socialiste marche depuis longtemps au pas du libéralisme. La stratégie du rejet momentané du CETA que vient de nous offrir Elio et sa bande sentait à plein nez la petite diversion qu'il fallait pour se venger d'avoir été rejeté du pouvoir fédéral. Mais la petite fessée à Michel ne pouvait trop durer. Les loups ne se mangent pas entre eux. Dans peu de temps, l'actualité va zapper. Le citoyen aura oublié, même pas culpabilisé de n'avoir pu rien y changer. Les "secrets story" des chambres capitalistes continueront à comploter dans des cercles non médiatisés, tandis qu'elles donneront en breuvages télévisuels celui des stars de pacotilles. La bonne vieille recette d'écarter le citoyen lambda loin des véritables problèmes sociaux en le captivant par des sujets sans importance réelle reprendra ses droits. Et pourtant, et pourtant, tout n'est pas joué. Si le Paul "magic" a cru illusionner ses adeptes de ne point aller vers une vraie gauche, comme celle du PTB, il a mal visionné le vent que ce CETA a soulevé. L'ignorance espérée d'une masse populaire par les vrais assistés des Etats providences pour nantis est en train de prendre conscience du jeu de dupes des serviteurs d'actionnaires. Partout en Europe, des alternatives à leurs dictats remportent des succès. La misère grandissante éveille la conscience et la colère. Les échecs économiques tant du libéralisme que d'une sociale démocratie à la sauce des élites socialistes se cumulent. Aux concepts généraux du capital-travail (aussi bien de gauche que de droite) la majorité du peuple voit surtout et avec raison la dégradation de son pouvoir d'achat, le licenciement qui lui pend sous nez, le recul de l'âge de sa pension et son rabotage, le prix de ses soins de santé, l'augmentation de ses taxes, etc… Il voit bien que le paradis promis par les tenants du grand marché et de la finance se transforme en enfer. Alors, ouvriers, petits commerçants, classe moyenne, policiers, militaires, petits retraités se foutent des virgules, points virgules, aliénas supplémentaires au pas sur un traité! Ce que nous voulons, c'est tenter un autre système que celui qui creuse les inégalités. 

18:33 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Le PTB n'est pas la vraie gauche, ils manipulent, profitant du desarroi et du mécontentement général, mais ils ne solutionnent rien, du bla Bla, il y a certes des choses à changer mais pas avec des vautours qui profitent de la précarité , mettre une assiette mais ne jamais rien mettre dedans aboutira qu'un jour le peuple se rendra compte que ce sont des manipulateurs en puissance, l'union fait la force!!

Écrit par : Rouzeeuw | 27/10/2016

C'est votre avis et je le respecte. Mais avez-vous au moins lu le programme des mesures très concrètes que ce parti propose pour sortir de la crise? Des "vautours" vivant sur le même pied , avec un salaire moyen de travailleur, risquent bien moins de se nourrir sur le dos de la précarité. Oui c'est l'union des travailleurs qui fera leur force et pas celle d'une oligarchie!!!

Écrit par : mik | 28/10/2016

Les commentaires sont fermés.