mik dupont UA-70672535-1

27/12/2016

Fêtes religieuses

Crèche%20de%20Noël.jpgNotre calendrier regorge de fêtes religieuses qui sont d'ailleurs des jours de congé. Société laïque? Vrai que ces fêtes, comme  Noël, correspondent aussi à des fêtes " païennes" bien plus anciennes encore. Mais qu'importe finalement. Elles espèrent apporter joie, espoir et bonheur. Des souhaits si souvent éloignés de la réalité du quotidien de beaucoup de personnes. Le recours au religieux pose évidemment question. Lorsque Marx écrit: " La misère religieuse est tout à la fois l'expression de la misère réelle et la protection contre la misère réelle. La religion, soupir de la créature accablée, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses où il n'est point d'esprit. Elle est l'opium du peuple", il ne fait pas que philosopher sur la religion de manière abstraite, il rend compte de son état dans la réalité lorsque son action est, comme notre politique, coupée des conditions économiques des gens. Les discours politiques ne sont finalement pas très différents des discours moralisateurs des évangélistes! A côté des grands élans de partage, de justice, de service, s'infiltrent des comportements très éloignés de la parole. Certes, nous ne demandons pas à nos dirigeants d'être des saints, de n'avoir aucune envie, jalousie, frustration, mais simplement de défendre en commençant à la pratiquer par eux-mêmes,une meilleure justice sociale et économique. L'affaire dévoilée de publifin n'est sans doute que la pointe d'un iceberg d'une espèce de corruption légale ou non. Il y a aussi opium politique quand on croit à la parole de ceux qui profitent des peurs pour cacher la misère et créer des espèces de temples sécuritaires. Il y a opium politique quand le capitalisme endort nos cerveaux par le rêve d'une richesse liée à la méritocratie. Plutôt alors que de pinailler sur des traditions de crèche, nous ferions mieux de quitter notre individualisme pour nous joindre aux grands mouvements d'une contestation et de propositions alternatives à la misère qui sévit, non par hasard, chez nous et dans le monde. Voilà pour ma petite "réflexion" de Noël...

23:38 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.