mik dupont UA-70672535-1

30/12/2016

2016: entre désespoir et espoir

2017-ensemble.jpgPas simple de voir la réalité en face, souvent désespérante, et garder espoir d'un monde meilleur. On pourra encore parler d'une année noire qui nous a plongés dans des incertitudes qui peuvent faire peur si nous n'avons pas la force de l'engagement pour que nos espoirs soient porteurs d'une autre société. Le manque de courage des "intelligentsias" politiques mondiales, mais surtout occidentales ont permis à ces belles âmes va-t-en guerre (mais avec le sang des autres) le maintien ou la création un chaos dans une majorité de pays pauvres. A sa catastrophique politique intérieure, notre Europe s'est encore et toujours alignée en politique extérieure sur son allié américain. Après le gâchis des Sarkozy et Cameron sur leur soutien aux rebelles syriens, la politique devenue modérée d'Obama dans ce pays a finalement eu comme conséquence l'élimination de ces rebelles ou leur fuite avec armes et bagages chez les djihadistes! Nous avons beau nous opposer à Poutine, mais nous devons bien reconnaître que la chute d'Alep, a été obtenue grâce à l'intervention musclée de l'armée russe qui semble par ailleurs être la seule à combattre véritablement les forces de Daesh! Et que dire de notre pitoyable Europe des Junker, Merkel et Hollande, plus occupée de satisfaire ces faux-amis que sont l'anglo-sphère, Israël et les états arabes sunnites que ses opinions publiques qui, heureusement, commence à les rejeter.

Année aussi de terreur chez nous avec les terribles attentats meurtriers qui nous forcent, avec un minimum de réflexion, à nous interroger sur les rapports entre la religion et la politique, la foi dite religieuse et l'engagement guerrier. En tout cas, le " ni dieu, ni maître" de nos Etats dits laïques avec leur séparation de la religion doit bien constater que les croyances religieuses répondent à un besoin culturel fondamental. La réponse à ce besoin ne peut donc être  simplement le rejet religieux, mais bien plutôt dans son encadrement pour éviter une offre de religiosités anarchiques et substitutives à des religions bien institutionnalisées. L'attractivité de l'islam radical doit pour le moins interpeller nos sociétés libérales.

Année noire pour les sans-papiers et les migrants. Notre générosité indispensable ne pourra résoudre ce problème d'humanité sans résoudre ce qui est surtout et d’abord, une grave crise géopolitique pour le continent.

Année noire chez nous, avec un gouvernement antisocial qui patauge dans les vieilles et conservatrices recettes d'un libéralisme qui promet sans vrais résultats et un socialisme qui ne l'est que dans l'opposition.

Voilà ma petite et modeste synthèse bien incomplète que je retiens, comme simple citoyen, de cette année noire et qui justifie mon adhésion au PTB. Non par angélisme ou par esprit de bobo gauchiste, comme certains veulent qualifier celle-ci! Il est temps, contrairement à ce d'aucuns prétendent de dépassé, de s'accrocher à un bon diagnostic tel que posé par Marx. Le libéralisme a prouvé et prouve encore qu'il ne réussit qu'à présenter au mieux des remèdes placébo, basés, en plus, sur de faux diagnostics. Un libéralisme et une sociale démocratie bien soutenus par un mièvre sentimentalisme, des mensonges et des manipulations de la plupart des médias européens.

J'adhère donc à un changement de trajectoire. A un renouvellement des élites politiques dont le bilan parle de lui-même. Je sors donc du désespoir, non en me déchargeant simplement sur un changement électif, mais par un engagement optimiste chevillé aux forces de la rue et de la solidarité.

20:26 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.