mik dupont UA-70672535-1

02/01/2017

"Barre à droite toute" en 2017

à droite.jpgLes bons vœux du gouvernement risquent bien de se transformer en gros cadeaux pour les actionnaires et les patrons et en cacahouètes pour les travailleurs. Le fils du père Michel a dans sa hotte, venue du ciel libéral, la réforme de l’impôt des sociétés (Isoc). A la pression patronale, bien illustrée par les déclarations de la patronne de Proximus (qui n'envisage pas la réduction de son salaire), il faudra aussi celle des travailleurs. Vrai que réduire les impôts serait une bonne chose si cette baisse ne profitait pas surtout aux actionnaires de grosses entreprises, souvent multinationales. Nous connaissons par cœur la chanson de la dite inéluctable compétitivité! Celle qui fait baisser les salaires des travailleurs pour faire monter les bénéfices de quelques gros actionnaires. Le chantage du départ des multinationales qui n'investissent pas chez nous et pire encore font leurs valises est immonde. Elles en veulent toujours plus et cela ne les empêchera pas de se délocaliser. L'exemple de Caterpillar le prouve, comme bien d'autres. Une fois les cadeaux fiscaux empochés, elles se tirent. Le job, job, job promis est loin de la réalité et la création d'emplois devraient d'abord viser à sauver ceux qui existent. La volonté du CD&V de lier la baisse de l'Isoc à la mise en place d’une taxation sur les plus-values réalisées à la revente d’actions serait déjà une mesure un peu plus équitable mais qui risque de passer à la trappe par ses partenaires gouvernementaux. La série de niches fiscales permettant de réduire l’impôt effectivement payé n'est pas prête, elle, d'être supprimée. Les petits indépendants qui devraient être les premiers à bénéficier de baisse d'impôts risquent bien d'être, encore une fois, cocufiés par les grosses entreprises. Bref toutes les recettes de la droite qui nous privent d'un repas équitable seront bien au menu de l'année qui s'ouvre. A cette mauvaise cuisine au chef coq qui ne sert que ses plats aux clients étoilés, il nous faudra aligner les  alternatives d'une vraie gauche. Et elles existent bien. A commencer par une taxe des millionnaires, qui pour ne pas être la panacée universelle, rapporterait tout de même quelques milliards sans que les étoilés ne crèvent de faim! Est-il normal qu’une grande partie de la population devienne de plus en plus pauvre alors que le nombre de grosses fortunes grandissent de plus en plus vite? Cette taxe des millionnaires ne touche que 88 000 familles du pays, mais rapporterait annuellement 8 milliards d’euros. Baisser les impôts des entreprises, oui, mais à condition de globaliser tous les revenus, revenus professionnels, revenus financiers et immobiliers, et les soumettre à des tranches d’imposition progressives. Est-ce si révolutionnaire et irréaliste? Faire des économies de santé est possible autrement que par les mesures de la fameuse Maggie. Plutôt que de limiter les maisons médicales, il faudrait les augmenter. Cette médecine prouve l'efficacité d'une médecine qui n'est plus libérale et liée à la prestation mais bien avec un système au forfait. Cela amènerait à de fortes et substantielles économies. Au modèle Maggie sur l'augmentation ou le non-remboursement de médicaments, il y a moyen d'appliquer le modèle Kiwi. Celui-ci n'est pas une utopie. Il existe en Nouvelle-Zélande, où des appels d’offres publics sont organisés pour les meilleurs médicaments. Une application complète de celui-ci peut se traduire par une baisse du prix des médicaments de 50 à 90 %. Annuellement, l’INAMI dépense 4 milliards d’euros en médicaments auxquels il faut ajouter le quelque 2,5 milliards d’euros venant de la poche du patient. La généralisation du modèle kiwi (pour tous les médicaments hors brevet et pour les médicaments qui sont encore sous brevet, mais pour lesquels deux ou plusieurs solutions existent) rapporterait au moins 1,5 milliard d’euros. Au lieu et place du modèle " "barre à droite toute" ", voilà quelques exemples d'alternatives du "barre à gauche toute". Aux détracteurs qui dénoncent cette gauche populiste et n'ayant que la contestation comme programme, il n'y a qu'à s'en référer au programme complet bien concret du PTB qui n'a rien du goulag ou de la Corée du Nord! Il est consultable sur le site http://ptb.be/programme .

 

10:26 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.