mik dupont UA-70672535-1

05/03/2017

Difficile de croire encore en la politique.

foi.jpgIl y a très longtemps, j'ai cru en Dieu et je me suis engagé fortement dans la religion. En fréquentant de près ses prêtres, ses pasteurs, sa hiérarchie, en étudiant au mieux ses évangiles et son histoire, j'ai finalement perdu la foi. Il m'a semblé comprendre que toute cette aspiration spirituelle, incarnée par les maîtres experts et détenteurs de la "vérité chrétienne" répondait surtout à un besoin humain de reconnaissance et n'échappait pas à un carriérisme plus narcissique qu'altruiste. J'ai quitté l'Eglise et pris mes distances avec un Dieu très hypothétique tout en conservant de vraies amitiés avec quelques porte-paroles. A cette croyance a suivi celle de la politique, capable de changer le monde et d'y instaurer plus de justice et d'égalité. Aujourd'hui, je me demande souvent si je n'ai simplement pas changé d'Eglise, avec tout ce qu'elle comporte de dogmes idéologiques, de courses à la reconnaissance et d'affirmation de soi à travers tout un système souvent faussement collectif où la hiérarchie fait croire aux moutons à l' utilité et valeur de leur laine pour mieux les tondre et les envoyer sur des terres minées. Aux bannières et oriflammes religieuses se sont substitués drapeaux nationaux et politiques. Aux grands prêches des prêtres, les harangues des ténors de partis. A la nécessité du carême, celle de l'austérité. Au credo du ciel là-haut, celui d'ici-bas. A la parousie de la lumière, celle du grand soir. A la croix scout et celle de la croisade eucharistique, le rouge des faucons et des renards. Et si notre monde n'était finalement qu'un vaste théâtre où chacun tente de décrocher un rôle qui le fera connaître et reconnaître dans un cercle de plus en plus grand sous étiquette de solidarité des comédiens? Je suis amer ce soir, me demandant, face à toute cette comédie humaine à laquelle je participe souvent de mon fauteuil, parfois dans les coulisses, et quelque fois sur scène, en vaut bien la peine! La seule chose qui me rend heureux dans cette comédie, c'est celle du plaisir de la partager avec les personnes que j'aime et sans les contraintes des rôles établis à jouer. Pour le reste, je crois être sur la voie de la perte de foi pour toute politique, sans encore vraiment renoncer au combat!

18:40 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.