mik dupont UA-70672535-1

06/03/2017

Fillon "out" ou la machination du parrain Sarko?

sarko et fillon.jpgLa petite histoire d'égos a souvent fait celle avec un grand "H" comme honte ou "honorable" selon l'analyste. Nous savons que les adversaires politiques sont bien plus souvent dans le camp d'un même parti que dans ceux d'autres. Le bordel de la droite française en serait-elle une nouvelle illustration, bien cachée aux pigeons de celles et ceux qui se contentent de voir les façades? Arrivé troisième et éliminé au premier tour de la primaire de novembre, l’ancien président de la République était resté très discret ces derniers mois en ruminant sans doute quelle vengeance prendre envers ceux qui avaient osé le concurrencer. Le nabot Sarko n'a rien d'un nain se laissant dépassé par ceux capable de le mettre dans le tiroir du pouvoir. Détestant son ex valet de Fillon, autant qu'un Juppé, il fallait qu'il profite (ou même soit à l'origine) du scandale de celui qui avait osé lui faire une leçon de probité. L'habile et diabolique Nicolas a laissé le temps au temps et dans une forme d’attente en apparence a d'abord pu imposer à son rival "son" premier ministre en cas de victoire. Baroin avait bien évité de s'opposer au maître lors de la primaire. Semer la merde d'abord, avant de vouloir montrer qu’il est le seul susceptible de sauver le parti. Bien joué! Le sauveur Juppé éjecté, l'ancien brigand de la République a le champ libre pour s'imposer, soit lui-même ou en forçant Fillon à choisir la marionnette Baroin qui s'est bien comportée dans un apparent soutien de l'accusé d'aujourd'hui. La vengeance est proche. La salope de Sarko aura eu gain de cause par la pauvre Pénélope. Les français n'y auront vu que du feu et l'ennemi Fillon se sera fait bien enculé. Mon décodage n'est peut-être pas loin de la réalité. Ce n'est qu'en finale du dénouement de cette crise entre prostitués du pouvoir qu'il m'apparait comme plausible. Si tel était le cas, je ne pourrais que souhaiter la poursuite de la candidature du malhonnête enculé, en souhaitant bien entendu son éviction par un homme de gauche, en sachant que de ce côté aussi les égos pourrissent la cause qui est à défendre. De quoi être dégoûté de tous les ténors d'une politique qui fait vomir et instrumentalise l'ignorance de celles et ceux qui croient encore à la valeur du bien commun.

16:28 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.