mik dupont UA-70672535-1

06/04/2017

Pour une politique d'opposition mais aussi de propositions

contre.jpgUne simple politique d'opposition réussit rarement si elle ne parvient pas à imposer ses propositions. Elle ne peut se contenter d'être simplement porteuse d'une contestation justifiée. Si cela peut avoir du succès un temps, cela s'avère souvent inopérant à plus longue échéance. Dénoncer tout ce qui ne va pas comme les actuels scandales ou soutenir les actions contestataires doit s'accompagner de propositions alternatives. La droite et un Ps libéralisant le savent et en jouent pour garder le pouvoir en martelant que le "il n'y qu'à" est facile; que les propositions émises sont irréalistes et inapplicables. C'est la réponse tout aussi simpliste du capitalisme populiste aux slogans portés par une gauche obligée parfois de les employer pour être médiatisée et suivie par une opinion publique en colère. Le cri populaire du "tous pourris" ne se retrouve pourtant pas pour autant dans les urnes. Il s'essouffle aussi dans la rue. Ce qui est aujourd'hui véhiculé en bref par les nouveaux modes de communications soulève des sentiments mais laisse au frigo l'intelligence d'une information de fond. Le citoyen hésite alors entre une peur bien orchestrée qui lui ferait perdre son peu de fric et l'envie d'un changement profond où sa vie pourrait être un peu mieux traitée que celle d'un con acceptant le plein de pognon dans la poches des très grands patrons. Hélas, c'est souvent la soumission à l'injustice qui prime. Celle-ci n'est pourtant pas liée à des cons. Si la plupart y pigent peu sur la relation capital- travail établie par Marx, chacun a une idée du système qui enrichit les riches et appauvrit les pauvres. L'ouvrier ou l'employé qui perd son travail sait bien que la concurrence pour accroître le profit d'actionnaires toujours plus gourmands le place dans une précarité insoutenable. Mais face à la pression et l'impression d'une situation qu'il ne peut changer, il baisse les bras. Cette résignation ne peut être vaincue que par des propositions concrètes émanant d'une vision capable de changer le système, la mécanique qui engendre l'injustice distributive et la dégradation de notre planète. Les porteurs de changements ne seront véritables acteurs de ceux-ci que dans la mesure où ils pourront convaincre que leur contestation est assortie de propositions alternatives et crédibles. Celles-ci existent bien, mais trop peu, à mon goût, mises en avant par rapport au discours du "contre" et de la dénonciation dont je ne me prive pas!

09:31 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.