mik dupont UA-70672535-1

12/04/2017

L'agonie du PS français présage celle des socialistes chez nous.

phi4.jpgS'il faut toujours rester très prudent avec les sondages, il semble cependant certain que l'agonie du PS français se confirme. Rien de bien étonnant. Sabotant la primaire de gauche qui avait élu le candidat le plus à gauche et rebelle à la politique de Hollande, les parvenus et corrompus du pouvoir ont rallié, en silence ou tambour battant, la mascotte Macron. Fini la lutte des classes et vive la lutte des places! Les valeurs de solidarité, de justice fiscale et de redistributions sociales ont cédé, depuis des décennies, le pas au marché boursier, à la finance, à la productivité du profit. Le poing levé a fait place à la main ouverte des rapaces des multinationales et serre en bonne conscience celles des représentants des lobbys des nantis. Rien d'étonnant donc que socialistes rejoignent celui qui porte le projet d'une vraie gauche. Lassés des trahisons envers Hamon, il n'y a plus comme recours que Mélenchon. L'excellent tribun porte un projet collectif cohérent qui peut permettre un mieux vivre aux Français. Loin des mesures de haine, de racisme, de repris de soi et de fausses égalités de la bourgeoise gueulante de la Le Pen, Mélenchon fait entendre sa large culture mise au service du peuple. Avec lui, renaissent les valeurs de la lutte solidaire non seulement des plus faibles, mais aussi de toutes celles et ceux qui veulent un autre type de société.

L'exemple français augure probablement le même déclin du PS chez nous. Lassés de toute la bande des profiteurs socialistes, plus attachés à leurs petites magouilles de partages d'avantages en tout genre, les gens de gauche quittent le paquebot d'Elio. Un navire qui n'a plus que le drapeau rouge en étendard mais qui a au cours des années chargé dans ses soutes les valises et coffres d'un libéralisme édulcoré en social-démocratie. Le discours du réalisme et de la responsabilité trompe de moins en moins. Si le réalisme est que le libre marché, la concurrence, la course à la productivité et la destruction de la planète soient le centre de la politique, nous sommes de plus en plus nombreux à ne point en vouloir. Nous refusons la privatisation, tellement vantée par le libéralisme européen, des grands leviers économiques. Elle nous mène à payer plus cher ce qui devait rester notre patrimoine commun. Nous refusons les milliards consacrés à une défense qui devient le fer de lance de guerres dans des pays où nos industriels s'enrichissent sur des matières premières sous prétexte de démocratie et de droits de l'homme. Tous les peuples ne demandent que la paix. Ils partent en guerre, parce que manipulés par les tenants de propagandes religieuses ou idéologiques qui se foutent bien de n'en faire que des chairs à canons pour augmenter leur pognon.

Le succès grandissant des gauches radicales ne relèvent pas seulement d'un ras-le-bol du "tous pourris". Il s'appuie sur un élan de vrai changement. Les socialistes européens, avec leur adhésion à une politique d'austérité menée par les bandits du clan Juncker et de ses acolytes de droite. Le navire de cet équipage, tant PS que libéral, se dirige vers l'iceberg de la résistance populaire.

La rose PS s'est flétrie. La solidarité du combat se retrouve dans le logo "phi" de Mélenchon. Cette lettre grecque comme le Fi de "France insoumise", mais aussi comme symbole de la sagesse populaire qui en a ras-le-bol des politiques individualistes et retrouve ses racines dans les fondements de notre démocratie historique. A ceux qui y voient une sorte de snobisme, il faut leur dire que: "Ce n'est pas parce qu'on parle à des gens de tous les milieux sociaux qu'ils n'ont pas de cerveau." Espérons donc le sursaut des cerveaux français pour, non seulement voter pour la personne de Mélenchon, mais maintenir un large mouvement capable de créer plus de justice et d'équité. Ce mouvement grandit aussi chez nous. Il est dans une marche bien différente de celle d'un Macron dont j'espère un dégonflement rapide de ses ballons d'illusions.

18:59 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.