mik dupont UA-70672535-1

24/04/2017

Notre PS tirera-t-il des leçons de la présidentielle française?

rose1.pngSi comparaison n'égale pas raison, il me semble qu'il a un certain parallélisme possible entre ce qui s'est passé au PS français et ce qui est en train de se passer au PS chez nous. Il y a chez les deux un tel appareil de parti éloigné de la base que la chute est irréversible. La vieille et nouvelle garde des apparatchiks du parti semble totalement ignorer et le besoin de nouvelles têtes, et surtout le besoin de s'écarter d'une orientation libérale, dite réaliste. Nous venons encore de le constater par les résultats du vote de la Fédération liégeoise qui a mis à sa tête le candidat Jean-Pierre Hupkens qui ne représente en rien un nouveau souffle, mais bien la prolongation de la mainmise des Demeyer, Marcourt, Mathot et consorts. L'inamovible Di Rupo et son clan de parvenus risquent bien de faire éclater un parti qui n'a plus comme socle de valeur que la lutte des places.

A l'image de la France insoumise de Mélenchon, le PTB, avec son soutien clair et affirmé du Parti communiste et d'autres forces associatives et citoyennes de gauche, mène une action constante de terrain, de réflexion, de propositions, fera mal en premier au PS, mais aussi à la droite. Le dénigrement et la diabolisation du PTB, loin de servir à une refondation des valeurs de gauche , font sombrer les socialistes dans une concurrence qui n'apportera aucun bénéfice. Son dit projet de renouveau intitulé "chantier des idées", qui devrait en principe mobiliser toute son énergie et son intelligence, s'essouffle dans une stratégie d'une campagne anti-PTB tout en lui "piquant" quelques points de programme mais sans vraie vision créatrice d'une nouvelle société. L'anticapitalisme semble le gêner. Il se perd alors dans la recherche d'une virginité perdue dans la longue série de scandales dans lesquels il a trempé et trempe encore.

Ce qui s'est passé en France hier, avec une extrême droite pas aussi haute qu’elle l’aurait voulue, avec une droite conservatrice qui semble logiquement affaiblie, quoique… et un ensemble social-libéral et droitier aux contours flous et à la majorité incertaine aux prochaines législatives, pourrait aussi se passer lors de nos prochaines législatives.

La France insoumise n'a pas dit son dernier mot. Elle va, j'espère, garder la force d’une campagne exceptionnelle qui a mobilisé des millions d’hommes et de femmes souvent engagés dans la vie sociale, porteurs d’une volonté de transformation politique allant au-delà du scrutin présidentiel et législatif. Le PTB, lui aussi, mobilise cet élan de renouveau, face à un PS qui s'enlise dans les sables mouvants de petits calculs électoraux et d'alliances de pure opportunité pour maintenir ses avantages de pouvoir.

07:55 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.