mik dupont UA-70672535-1

07/05/2017

Un vainqueur surprenant

macron louvre.jpgIl  y a quelques mois, j'avoue humblement ne pas avoir cru à la victoire d'un candidat qui n'avait aucun appareil de parti le soutenant. Je me suis planté! Par contre, j'ai commencé à y croire en constatant la dynamique de son mouvement "en marche". Voir ses militants, souvent jeunes, faire du porte à porte, distribuer des tracts, demander l'avis des gens en arpentant la France, augurait une stratégie bien pensée et bien relayée par des médias. Réflexions et aspirations diverses trouvaient écho dans un homme jeune incarnant l'élan d'un renouveau, impossible pourtant à bien déterminer. Il incarnait dans des discours consensuels mais creux l'audace de s'opposer aux oligarques politiciens tout en recevant le soutien plus masqués d'une oligarchie intellectuelle, financière, bourgeoise. Des compagnons de route aux visages multiples: de vrais socialistes autant que des opportunistes sentant le vent favorable, des oligarques de droite et du centre tout aussi opportunistes. Macron plaisait de plus en plus. Aux discours pessimistes, il tranchait par un optimisme porteur d'espoir en cachant avec soin les mesures pour n'en garder que le concept porteur. Un homme qui croit à la force des paroles et de l'image pour arriver à séduire, tout en slalomant avec un objectif bien plus précis qu'en apparence. Macron est à mes yeux un pur libéral, philosophiquement honnête, croyant aux vertus individuelles et refusant tout dictat collectif. Mais c'est un libéral socialisant, sensible aux faibles mais ne croyant qu'à une méritocratie pour les sortir de leur triste sort.

La mise en scène soignée de sa victoire au Palais du Louvre est un symbole éclairant. C'est le plus grand palais européen. Il a marché seul sur le lieu historique de l'autocratie, ce régime politique où un seul individu détient le pouvoir, alors qualifié de pouvoir personnel et absolu. Un pouvoir qui tire son pouvoir de lui-même. Et la France aime les monarques royaux ou républicains. Ce palais est devenu musée, encore une fois à l'image de son brillant visiteur de ce soir, car Macron est le musée rénové par la pyramide de Mitterrand, mais encore et toujours gardien des vieilles architectures de la droite.

C'est donc ce pouvoir autocratique qu'il faudra briser aux législatives. Et cela n'est pas gagné. Le comble est que le nouveau prince réussira peut-être à faire passer les insoumis comme ringards et porteurs d'une contestation ancienne dépassée par la mondialisation.

23:42 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Il a su comprendre les aspirations du peuple pour lui livrer le discours qu'il attendait; mais saura t-il ou voudra t-il repondre a ses aspirations? Je reste pessimiste, et je crois meme que rien ne changera. Sinon que les classes ouvrieres payeront le prix fort face a cet intellectuel meritocrate.

Écrit par : sana | 08/05/2017

Répondre à ce commentaire

Il a su comprendre les aspirations du peuple pour lui livrer le discours qu'il attendait; mais saura t-il ou voudra t-il repondre a ses aspirations? Je reste pessimiste, et je crois meme que rien ne changera. Sinon que les classes ouvrieres payeront le prix fort face a cet intellectuel meritocrate.

Écrit par : sana | 08/05/2017

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord, sana

Écrit par : mik | 08/05/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.