mik dupont UA-70672535-1

10/05/2017

Macron: un homme "habité"

macron messie 1.jpgPlus je regarde des reportages sur le nouveau président de la France, plus je suis à la fois "attiré" et "terrifié". Cet homme a un étrange charisme. Il rayonne une sincérité mystérieuse. C'est indiscutablement un surdoué. Cet homme croit en son destin et cela m'effraie. Il déclare d'ailleurs croire en une forme de transcendance propre à chacun. Sa pensée et ses égéries philosophiques ont de quoi poser questions. Sous l'apparence d'une bonhommie de l'homme accommodant qui sait rassembler, se dégage aussi un profil intransigeant. La prédestination à laquelle il semble s'être senti appelé a quelque chose de religieux, relevant plus du protestantisme que du catholicisme. Cette prédestination calviniste montrant la dureté qu’il a fallu pour rompre la grande chaîne cosmique et politique des êtres, et faire place à une société plus libérale, plus individualiste. C'est ce à quoi il appelle: sortir de la peur, de la méfiance, par une sorte de conversion au monde capitaliste de demain. Mais qu'on ne s'y trompe pas. Doué en rhétorique, jamais avare d'une citation littéraire, le jeune fondateur d'En Marche n'est pas un philosophe égaré en politique. C'est essentiellement un banquier pragmatique. C'est un pur libéral qui n'a rien, ni philosophiquement, ni politiquement, d'une conception collectiviste de l'humanité. C'est la société de compétitivité. C'est le "aide-toi et le ciel t'aidera. Avant de se plaindre, il faut examiner et tenter toutes les solutions possibles. Une fois les efforts accomplis, on peut alors s’en remettre à la solidarité.

Non vraiment cet homme est bien plus dangereux qu'en apparence. Son emballement presque hystérique lors de meetings m'effraie. Ce qui attend les Français sera imprévisible et donc dangereux. C'est cette imprévisibilité qui l'a porté au pouvoir et attire encore aujourd'hui. Cet homme qui se dit vouloir un président "jupitérien, résolument au-dessus de la mêlée, pourra soit s'inspirer d’hommes d’État tels que Charles de Gaulle et François Mitterrand, soit de Bonaparte Napoléon ou des tenants du pouvoir absolu. Il a en tout cas réussi son premier coup de maître: diviser pour régner!

On me dira que cela concerne seulement les Français. Non, car hélas le macronisme risque de faire bien des émules en dehors de son pays.

08:00 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.