mik dupont UA-70672535-1

07/06/2017

Un bilan " perte et profit" presque clôturé pour Mélenchon

Jean-Luc_Melenchon-3.jpgLa "macronmania" donnera très probablement au parti du nouveau président la majorité absolue, à moins qu'une grosse surprise n'intervienne. Il semblerait même que Macron s'inquiète d'un score trop important qui exigerait un "encadrement" fort de députés novices pour éviter le foutoir! J.L. Mélenchon et ses insoumis représenteront, peut-être, la seule véritable opposition à la politique qui se veut prometteuse (mais de quoi?) du nouveau monarque de la France. Reste à voir le nombre de sièges obtenus. Mais de toute façon, entre soutien vigilant et opposition constructive des girouettes du PS et des Républicains, il ne restera que les Insoumls pour combattre le libéralisme de "En marche". Dans le dernier baromètre Ifop-Paris Match, son parti incarne «le mieux» l'opposition aux yeux de 39% français, dix points devant celui de Marine Le Pen, et distançant largement Les Républicains (23%). Même ce qu'il reste de sympathisants PS voit en lui un meilleur opposant à Emmanuel Macron que leur propre parti (40% contre 35%).

Voilà un combat gagné, mais ce n'est pas une victoire face à son succès lors de la présidentielle. Si son "ni, ni" face au Front National ne lui a pas fait perdre la confiance d'une gauche convaincue, elle lui a fait perdre un nombre important d'électeurs hésitants entre gauche et centre. Puis, il y a aussi la personnalité du patron des Insoumis. Si chacun lui reconnait son éloquence, sa culture, son honnêteté, sa façon de coller aux problèmes du quotidien des Français, il a opté er repris après sa défaite un ton revanchard, aigri, excessif, cassant, s'éloignant ainsi de sa ligne bienveillante et rassurante de candidat à la présidentielle. En découdre avec le gagnant apparait trop et fait oublier la lutte bien plus fondamentale des conséquences redoutée de la politique libérale. Il a aussi lancé des polémiques inutiles, comme celle sur ses accusations sur la responsabilité de Bernard Cazeneuve dans la mort de Rémi Fraisse. S'enfermer dans l'excès et les invectives n'est jamais bon, ni en politique, ni ailleurs…

En obtenant probablement entre 20 et 30 députés à l'Assemblée, Mélenchon devra pour incarner une véritable alternative redonner le goût du combat dans la rue et dans les mouvements sociaux structurés ou non. Le changement de politique par les seules urnes n'a jamais réussi. Il revient à la France Insoumise de poursuivre la dynamique dont elle a pu faire preuve durant ces dernières élections. Il faudra continuer à convaincre et à mobiliser les moins intéressés à la politique qui sont souvent les plus jeunes et les plus modestes. Sans cela, FN, PS et LR moribonds, retrouveront vigueur et tout recommencera comme avant.

 

10:16 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.