mik dupont UA-70672535-1

26/06/2017

Qui veut encore de Lutgen?

lutengen.pngLa politique est un monde sans pitié. Aujourd'hui Lutgen apparait comme le maudit qu'il faut pourtant courtiser. Son hypocrite coup d'éclat de laver plus blanc que blanc risque bien de laisser des traces indélébiles de trahison. Le remuant humaniste qui ne veut plus se scotcher au PS aura de fortes difficultés de retrouver partenaire après les élections, d'autant qu'il se retrouvera avec un minuscule parti dont l'appoint ne sera probablement plus suffisant pour former une quelconque majorité. Le sanglier des Ardennes devra se contenter du grand mais peu peuplé territoire de sa province où la tradition catho offre encore quelques électeurs à son parti. Il n'est même pas certain qu'un repli sur son fief bastognard soit couronné de succès lors des prochaines élections communales. Une lutte entre les deux frères semble bien engagée et le cartel d'une liste unique MR-PS a toutes les chances de lui ravir l'écharpe maïorale. Qui pleurera alors un homme humilié et répudié pour avoir joué au petit général-président intraitable? Les meilleurs divorces sont ceux qui se font à l'amiable et non ceux dictés par un quarteron de petits lieutenant de famille. Et puis, un divorce sans amant, c'est aussi absurde que de s'enivrer avec de la limonade! Mais qui a donc décidé ce putsch qui met le bordel dans les institutions régionales, si ce n'est exclusivement Lutgen et quelques petits adjudants chefs, comme Maxime Prévot ou Fonck? Un bureau politique pouvait-il démocratiquement prendre pareille décision? Qu'en pense la base du parti? Il faut dire évidemment qu'elle est de moins en moins peuplée. Les sections locales ne sont guère active et leur voix compte peu.

En simple observateur, nous pourrions finalement nous foutre de ce trublion humaniste. Mais les enjeux, eux, sont importants. Faire entrer le MR à la région, c'est confirmer le CETA, c'est remettre encore plus une portion du libéralisme qui nous fait tant de mal au fédéral. C'est faire le jeu des séparatistes flamands. Bref, ce bordel est le pire qui soit pour les travailleurs.

09:05 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.