mik dupont UA-70672535-1

06/07/2017

Pourquoi donc le CDH ne rejoint-il pas Gérard Deprez et son MCC?

mcc.jpgPourquoi donc le CDH ne rejoint-il pas Gérard Deprez et son MCC, devenu, il vrai, invisible au sein du MR?

Rappel pour les jeunes: Juin 1997 : Gérard Deprez, ex président du PSC (devenu plus tard CDH) dit publiquement sa conviction que le redressement de la Wallonie passe par la mise sur pied d’une grande Fédération des forces du changement qui regrouperait le PRL-FDF et le PSC. Cette déclaration est en conformité avec une série de discussions ayant eu lieu au printemps 1997 entre Charles-Ferdinand Nothomb et Louis Michel respectivement Présidents du PSC et de la Fédération PRL-FDF. Ces discussions portaient déjà sur un renversement d’alliance renvoyant le Parti socialiste dans l’opposition. Les protagonistes envisageaient la création d’un lien structurel entre le PSC et le PRL-FDF. La possibilité de listes uniques PRL-FDF-PSC était étudiée. Octobre 1998 : Wavre. Première Assemblée générale des citoyens du MCC. Discussion publique et ratification des textes fondamentaux du MCC par les adhérents au mouvement : Manifeste, Mandat de négociation et Organisation du MCC. Le MCC est officiellement constitué.

Depuis, ce MCC est quasiment inexistant, bien qu'il obtient encore quelques récompenses malgré sa très petite troupe de "militants" et ses quelques 25 mandataires communaux comme R. Founaux et Jean-Jacques FLAHAUX, ou avec Deprez qui se maintient comme député européen, ou la ministre Marghem. Le FDF devenu DEFI a quitté le navire MR depuis quelques années.

Mais voilà, toute cette "grande" histoire vient, comme souvent, de la petite. La réalité est que Deprez n'avait pas digéré la victoire de Nothomb à la présidence, alors qu'il soutenait haut et fort… une certaine Joëlle Milquet!

Toujours pour la petite histoire: Lutgen et Deprez sont 2 bastognards devenus frères ennemis. Le père Lutgen, ex-ministre et ex bourgmestre de Bastogne avait été battu pour son maïorat par un certain et peu reconnaissant Philippe Collard (PSC) qui trop pressé de s'emparer de la précieuse écharpe avait basculé dans le camp du MCC de Deprez!

La morale de tout ceci est que, sous couvert de programme, de valeurs et tutti quanti, nos politiciens ne voient que leurs intérêts personnels. L' égo est bien plus important que le bien commun. Benoît Lutgen n'échappe pas à la règle. Au contraire, il la confirme.

09:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.