mik dupont UA-70672535-1

02/09/2017

Tolérance et ignorance

tolérance.jpgJ’avoue parfois être un peu perdu devant tant d’intolérance de nos sociétés, incarnée et palpable auprès de certaines personnes autour de moi. Comment s’en accommoder ? Comment ne pas perdre un esprit de combat contre cette intolérance, sans devenir hargneux, malveillant et pire sans devenir intolérant à mon tour ? La fête musulmane Aïd d'hier suscitait encore bien des réactions "violentes" révélatrices d'un choc des cultures. Ceux-là même qui crient au scandale des moutons égorgé, mais se taisent pour les oies gavées ou des poules en batterie! Mais le contraire existe aussi avec une aversion contre catholicisme et une bien plus grande tolérance pour l'islamisme. Un islamisme que certains pourtant assimilent à des djihadistes seuls détenteurs de la vérité de cette religion. Notre discours de tolérance serait alors utopique, infantilisant car fondé sur une ignorance abyssale de la nature réelle de leur religion/culture.

Heureusement, je vois aussi des gens de bonne volonté, s’efforçant de ne fâcher personne, probablement parfois pour sécurité personnelle, mais aussi plus noblement pour ne pas provoquer l’intolérance chez les autres.

Quand pourrons-nous admettre qu’il n’y a point de « vérités », révélées ou non ? Nous semblons pourtant tous s'accord sur les mots d’égalité, de fraternité ou de liberté. Mais qu’est-ce que ces mots entraînent comme action ?

Soyons lucides : personne n’est pour l’inégalité, mais chacun a envie et éduque même dans le désir de s’élever socialement (entendons souvent matériellement) ; chacun se dit pour la liberté tout en tentant de la limiter lorsqu’elle devient gênante pour ses idées ou idéaux ; chacun se dit pour la fraternité tout en manifestant son hostilité à son frère « différent ».

J’en ai vraiment marre de tous les grands discours qui sont de grandes abstractions. Ils nous écartent du réel qui, pour la majorité d’entre nous, se résume dans la primauté réelle du « métro, boulot, dodo » que l'on vient un peu de quitter pour des vacances. C'est à ce niveau qu'il faut se battre. Comment avoir le temps de "réfléchir" quand les besoins primaires de nourriture, de logement, de boulot, de santé ne sont pas rencontrés? Voilà la cause du mal de l'intolérance: la course à la "survie" et l’ignorance qu’elle engendre. Socrate montrait déjà à Protogoras que nul ne faisait le mal exprès mais par ignorance. Cette ignorance sur laquelle les "élites" comptent pour nous manipuler jusqu'à nous diviser et même jusqu'à nous faire faire la guerre.

C'est la rentrée scolaire, mais voyez très concrètement ce que l'enseignement dit gratuit coûte. Et là, nous sommes tolérants, alors que… Et les exemples ne manquent pas sous ce gouvernement, comme d'ailleurs les précédents. Où est passée notre réflexion politique?

08:58 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.