mik dupont UA-70672535-1

09/10/2017

Pourquoi a-t-on besoin d’icônes ?

che.jpgPeut-être parce que trop marqué par l’iconographie religieuse, je me montre très réticent envers le "culte" de leaders, aussi charismatiques et engagés soient-ils, devenus icônes populaires, y compris pour des causes que je soutiens. Sont-ils, sans doute, une bonne référence pour réveiller des mouvements solidaires et unificateurs, tels les saints de jadis ou ceux encore canonisés aujourd’hui. Contrairement au « saint », modèle de perfection personnelle, l’icône politique est devenue, telle que celle du Che, une icône sociétale. Très bien, mais avec le risque d’un manque d’analyse critique et une forme d’idolâtrie infantilisante de la personne admirée. Une icône reste un symbole et donc peut être reprise et transformée de nombreuses manières différentes. La personnalisation et l'individualisation du pouvoir établi ou révolutionnaire mettent toujours la démocratie en danger. Je regrette la constante historique de voir les hommes toujours éprouver le besoin de voir l'autorité s'incarner en une personnalité, y compris dans des régimes politiques communistes. Le piège est alors de rendre responsable un être humain, loué ou blâmé, de la réussite ou de l’échecs d’un gouvernement ou d’un mouvement.

Ceci ne m'empêche pas de soutenir toute action pour entretenir la mémoire collective de celles et ceux qui se sont battus, avec un engagement total pour la justice sociale.

12:14 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire