mik dupont UA-70672535-1

18/05/2018

Le grand show princier anglais

harry.jpgRépublicain, je n’ai aucun goût pour les fastes royaux, ni d’ailleurs présidentiels. Force est de constater que de nombreux citoyens les regardent, soit avec détachement, soit avec engouement. Les contes de fées font toujours rêver et bien des républicains nomment avec affection leur enfant ma princesse ou mon prince ! Déguisements, tiares de pacotille, productions Disney, littérature…tous les chemins mènent à la Cour. Bien qu’obsolètes, des monarchies résistent au temps. Cela me tape sur le système, mais avec un peu recul, je m’en amuse plus que de râler. Autant prendre cela comme un grand parc d’attractions, avec même un côté positif que Disney et Cie n’ont pas : attirer l’attention sur l’une ou l’autre cause humanitaire. J’avais entendu une mère dire : « Je préfère aussi que ma petite fille rêve devant ces princesses plutôt que devant Nabilla ! ». C’est vrai mais je reste malgré tout dubitatif. J’espère que les mamans sauront leur dire qu’à notre époque une jeune femme peut être autre chose que ce que la société de consommation attend d’elle : une jolie poupée… Je parlerai plus volontiers de Simone de Beauvoir, de Marie Curie que de Kate Middleton. Et je préférerai un poster du Che à celui de Harry !

Certains critiqueront les millions dépensés. Il faut les relativiser par l’apport économique de tout le commerce créé par l’évènement. Quand on voit ce que coutent certains matchs de foot !

Hélas, il faut bien constater que la tradition rassure le peuple. La référence monarchique en fait partie. Le changement est source d’inquiétude. Il suffit de voir les résultats des urnes ! J’ose toujours espérer que tous les privilèges finiront par lasser le peuple qui lui subit la crise. Que la conscience que les princesses ne servent à rien, sinon à vivre luxueusement au crochet du contribuable finira à prendre le dessus…

Bref, en attendant, je me console en me disant que si les fastes de la monarchie anglaise vont encore envahir nos écrans et faire la Une ce samedi, en ne servant qu’à offrir à certaines âmes une bulle d’évasion, pourquoi pas?

08:27 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/05/2018

L’académisme des débats sur la pension et la réalité

Il y a 2 façons de mentir : ne pas dire la vérité et faire des statistiques. Lesdits experts font les 2. La vérité est dans le simple constat des réalités de terrain qui est bien différente de celle que les politiciens nous chantent. Bizarre aussi de voir le travail tellement valorisé par ceux qui en ont la garantie et un bon revenu. Ok aussi pour revoir la pension des petits indépendants.

Parlons du Conseil académique, dit pluraliste, et présidé par un grand socialiste, ex ministre des pensions qui avait dû démissionner en mars 1995 à la suite de son implication dans l'affaire Agusta, ayant reconnu avoir en 1991 découvert une somme d'argent noir de six millions de francs belges dans les comptes de son parti, dont il était alors président. Cet argent se trouvait sur un compte de la banque suisse CODEP. Il avait alors décidé de demander à Étienne Mangé de brûler les billets. Cependant, aucune preuve n'atteste que celui-ci l'ait fait… Pas très académique tout ça !

Que dire des critères de la pénibilité du travail ? Un débat impossible mis en place pour amortir le choc de la mauvaise réforme.

Bref, le seul critère qui mériterait d’être mené est celui et de la réalité de l’accroissement de la pauvreté et celui de la production d’une richesse qui ne cesse pourtant d’augmenter. Où est le stuud ?

22:47 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2018

La personnalisation du pouvoir

macron napoléon.jpgpoutine tzar.jpgLa personnalisation du pouvoir s’accroit, alors qu’on croyait révolu le temps des empereurs. Macron se croit nouveau Napoléon ; Poutine, nouveau tzar et Trump, nouveau roi des bouffons ! Les médias peoples ne sont pas les seuls à favoriser cette tendance fâcheuse à mettre sur trône doré l’élite politique d’aujourd’hui. Les mises en scène de l’expression du pouvoir sont aussi relayées par des dits analystes politiques qui tentent de vulgariser les programmes des éminences à travers l’image bien plus que par les mesures concrètes décrétée par la classe dominante. Les luttes du peuple passent souvent bien après le cérémonial monarchique des dirigeants. La mise en avant de la grandeur de la nation fait passer aux oubliettes la misère de ses citoyens. Les moutons se laissent alors mener à l’abattoir sous la houlette brillante et attirante des bergers bourreaux.

Une majorité d’électeurs se font prendre aux pièges de l’allure altière des guerriers du suffrage ayant comme arme le bon et beau vocabulaire. Les sacrifiés des discours patriotiques sont élevés en héros, alors que considérés comme des zéros. Les émotions populaires deviennent la potion magique des prestidigitateurs du pouvoir.

Cette personnalisation masque bien ceux qui agitent ces marionnettes de luxe sur la place publique. Les mécanismes de leur mise en scène sont bien construites et réglées dans les ateliers banquiers qui aujourd’hui se sont internationalisés.

Attention danger ! S’attaquer aux têtes sans s’attaquer au système de production des nouveaux napoléons ne changera rien à la juste distribution de pognon…

07:22 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/05/2018

Les saveurs du 1 mai

michel150.jpgIl est évidemment de bonne guerre de voir les rouges taper sur les bleus et les rouges taper sur les bleus. Mais la récente récupération du MR de la fête de la lutte ouvrière ne manque pas d’indécence ! Ainsi, Michel fiston a vraiment l’art de prendre l’électeur pour un con. Il a osé se dire le vrai parti des travailleurs ! Si, si ! En tout cas de ceux qui ont un job, et pas n’importe lequel. Ça c’est vrai. Sur les 2000 « militants » dans la salle de la cour du seigneur MR, qui n’a rien du martyr de Saint Etienne, je serai curieux de connaître le nombre de chômeurs et même le nombreux de travailleurs au salaire de misère. Mais ce n’est pas tout, la rhétorique de ce sieur n’a aucune limite. Il ose louer l’action fiscale du gouvernement fédéral, rappelant que le tax shift, centré sur les bas et moyens salaires, mais pas uniquement, fera encore sentir de nouveaux effets en 2019. "Ainsi, depuis 2014, le salaire poche aura augmenté jusqu’à 140 euros net par mois!". Vous avez bien entendu 140 ! Retirez la hausse d’électricité, du gaz, via la TVA, des accises, etc. les cacahouètes sont déjà consommées.

Allo, allo, la terre s’exclamerait encore Hedebouw. Faut dire que les dames et messires rassemblés n’ont guère à s’en préoccuper. Déduisez de ce nombre les centaines de cabinetards des ministres bleus, ajoutez à ces pauvres les employés du parti et les patrons pourris, le militantisme gratuits sera plus que fortement réduit ! Vantez le libéralisme et les professions y liées est d’une bienséance qui fait du bleu la couleur du paradis, fiscal bien entendu.

"Je n’avais encore jamais connu de gouvernements qui traduisent à ce point la pensée libérale et nos programmes électoraux successifs, s’exclame l’ex pharmacien et président Chastel. Voilà un qui dit la vérité. Le programme austérité, si bien caché, comme les alliances flamandes qui nous font chier, a bien fonctionné. Et le Charlot Ier ose renchérir : "Nous sommes le gouvernement des travailleurs de Belgique. Nous sommes la force tranquille." Avertit. "Nous ne changerons pas de cap." Et balaie ceux qui "souffrent de scandalite aiguë". "Leurs pétards mouillés ne nous déstabiliseront pas."

Nous voilà prévenus, pas de pétards mouillés. OK. Sortons alors nos pétards bien secs, avec pour leur pension à points, notre poing dans la gueule. Que ce gouvernement ne croit pas  que nous le laisserons dans la tranquillité. Nous avons la force du nombre et celle notre solidarité.

23:09 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

W. Demeyer : bourgmestre de tous ?

De Meyer.jpgA l’interpellation de S. Lecron (PTB) qui ne voyait pas le bourgmestre de Liège comme appartenant à la gauche, celui rétorquait avec justesse : « Je suis le bourgmestre de tous ». Très bien. Est-ce le cas ? Est-on le bourgmestre de tous lorsque, à plusieurs reprises, on prend des mesures anti-SDF ? Quand on se satisfait de mettre en concurrence sa ville avec d’autres dites moins accueillantes envers eux ? Bourgmestre de tous quand on privilégie la spéculation immobilière au détriment de logements sociaux qu’attendent de nombreux concitoyens ? Quand on accorde surtout d’embellir sa ville dans une politique d’investissements blingbling qui la rend attrayante, il est vrai, surtout aux touristes, mais laisse, en revanche, se paupériser des quartiers entiers ? Quand pour régler un problème de marginalité, on ne fait que le déplacer ? Est-ce cela être le Bourgmestre de tous ? Je ne vais évidemment pas vous accuser de tous les maux et péchés de la Cité ardente, pas plus que de vous élever au rang de son sauveur et seigneur. Vous possédez, avec votre bonhommie un sens, du moins en apparence, d’écoute et de pacificateur, comme bien des membres de votre collège. Mais se révèle vite le caméléon qui donne raison à tous, en n’agissant que pour certains en qui votre foi envers leurs capitaux apportés est loin d’être au service du bien commun. L’exemple des abris de bus Decaux qui nous plongent dans la pub consumériste n’en n’est qu’un exemple symbolique.

Et le bourgmestre de tous, où sera-t-il, en ce premier mai ? Ceint ou non de son écharpe mayorale, sur le podium d’Avroy ,devenu PS d’un jour et chantant l’internationale à côté notamment de G. Mathot en voix de casseroles et de J.C. Marcourt chantre de Publifin. Il m’étonnerait que vous rejoigniez, même si la prochaine alliance se bleuit, le cortège de Cour Saint Etienne ! Bourgmestre de tous un jour et un autre bourgmestre PS ! Toujours évidemment caméléon pour tromper les pauvres cons croyant encore qu’il faut sauver Willy. A ce petit jeu, la cité s’est trop habituée et, je l’espère, trouvera une nouvelle ardeur pour changer ce système.

02:03 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |