mik dupont UA-70672535-1

05/04/2008

Lettre 305 ( Jt et presse)


037532dyn006_original_88_87_gif_2526756_483cc264caef962abfa9d40ea21913a1
Cher ordi,

 

Quand je ne peux regarder les JT sur la TV, je me tourne vers toi pour les visionner.

Le tour du monde en 30 minutes et voilà que nous aurions fâcheuse tendance à croire bien connaître ce que quelques flashs nous montrent.

De plus, faut bien dire que de plus en plus la TV et autres journaux médiocres nous bombardent de faits divers glauques et offrent en pâtures la violence et perversion d !une minorité d’individus .A force de nous les montrer, nous serions tentés de les voir majoritaires.

Et que de conneries de voyeurisme (au nom de la démocratie qui doit se faire transparente mais qu’on ne cesse de masquer par des intérêts de frics non avoués), on nous bombarde. Faut faire de l’audience !

Les parures de la Carla Bruni à Londres semblent évidemment d’un enjeu capital pour le bien- être des Français. Les douces paroles mièvres et tarte à la crème de la princesse Mathilde dont «  place royale » fait ses choux gras vont évidemment mieux garnir nos assiettes !

Ingrid Betancourt attire la compassion, mais on peut se poser la question si la médiatisation de cette femme courageuse n’a pas plus compliqué que simplifié sa libération.

La démocratie n’est pas à mon sens de suivre les mouvements désordonnés et versatiles de la foule mais bien de la convaincre des valeurs de la solidarité.

Les articles dits de « fond » dans la presse se font de plus en plus rares Ils sont remplacés par des articles qui sont susceptibles de rapporter uniquement des fonds au vu de la chute des lecteurs.

Et puis, cher ami, il y a ta concurrence. En tout cas, je tente de résister à la facilité en tentant à ma petite manière de ne point me joindre aux" ramollisseurs" de cerveaux par mes bien modestes petites élucubrations qui tentent de poser au-delà d’anecdotes personnelles ou non quelques interrogations élémentaires.

Mik.

 

12:26 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

02/04/2008

Lettre 304 ( être utile?)

Cher ordi,

En parcourant avec toi régulièrement les blogs, j’y découvre souvent bien des questions existentielles sous couvert parfois de petites anecdotes de vie, apparemment anodines.

Nous nous posons tous certainement, consciemment ou pas, le pourquoi et l’utilité de notre existence. Et souvent d’en revenir à notre passé, à nos racines, à nos envies, nos échecs et nos réussites.

Chaque constat de vie est évidemment personnel.

Le mien s’est additionné de beaucoup de rencontres intéressantes et j’en suis revenu un peu au départ de mon choix de jeunesse : celui de la foi en l’inutilité.

Lorsque jadis j’avais choisi la vie monastique, que n’ai-je entendu «  c’est complètement inutile, tu ne serviras à rien ! Tu ferais mieux de te faire missionnaire ou au moins prêtre pour aider les gens… ».

Oh ma vocation était certainement guidée par d’autres motifs que celui de me mettre en recul du monde. Il y avait un mélange d’attrait vers l’absolu, une méfiance de moi dans le monde actif, le besoin de vivre en communauté, un besoin de vivre de façon original pour me faire reconnaître et beaucoup d’autres motivations pures et moins pures…

Mais au bout du compte, après avoir goûter des tas d’expériences tant familiales que professionnelles ou sociales, je n’ai point trouvé de réponse à l’utilité de la vie, de ma vie, sinon que je l’aime.

A tout âge, je crois, il n’y a qu’une espèce de solution pour s’épanouir au mieux dans tout notre questionnement : prendre bien conscience de soi, y compris dans notre besoin d’être reconnu par l’autre, oser dire nos envies mais les voir selon nos capacités pour pouvoir tenter de les réaliser.

Je crois, cher ami confident, avoir en grande ligne réussi cela. Il m’aura fallu beaucoup de temps et de l’aide pour mieux me connaître et assimiler et mes échecs, mes réussites, mon héritage familial, social, culturel, religieux.

Je ne crains pas l’inutilité, c’est en elle que bien souvent ma famille, mes amis viennent se reposer, eux qui courent dans le stresse actuel de la vie.

Et finalement si j’ai eu besoin de certitudes, je me sens bien maintenant dans l’incertitude.

Mik.

23:36 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

31/03/2008

lettre 303 ( quand il part...)

jld0869_70_71
Cher ordi,

 

Je te disais utile et agréable, mais que rien ne valait la rencontre réelle.

Preuve encore ce we : celle du manque ressenti quand l’aimé part.

Jamais je ne te quitte avec larmes aux yeux, toi, mais quand lui s’en va prendre le train du retour, à chaque fois j’ai le coup de blues. Utile sans doute ce manque qui fait que la magie ne s’étouffle pas par l’habitude ou la lassitude. Alors revient vite l’espérance de le revoir bientôt, avec cette complicité qui soude, la joie qui rend heureux, le partage qui rompt la solitude, la chaleur qui vaut plus qu’un soleil et l’indéfinissable lien qui libère le cœur.

Chaque relation est particulière, unique, originale et nous avons tort souvent de vouloir la faire coller à un idéal, voire à une morale, dictés par des stéréotypes, des préjugés.

Les rêves roses, les élans qui nous font dire et croire au toujours ne nous enlèvent-ils des temps de bonheurs? L’éphémère a aussi  sa valeur et vouloir lui donner éternité a bien des fois  un effet inverse. Est-ce à dire que je ne souhaite pas de relations longues qui se forgent solidement dans le temps ? Bien sûr que non. Mais à trop vouloir recevoir ou donner, nous risquons de casser le fil toujours fragile qui nous relie à l’autre.

Voilà, cher ordi, toi que je retrouve en confident de mes élucubrations diverses, ce qu’aujourd’hui je pensais et ressentais à propos de mon ami.

Mik.

 

08:55 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

28/03/2008

Lettre 302 ( vivre avec son ordi)

 badvirus

Cher ordi,

Et oui, cher compagnon informatique, tu sais combien tu m’es précieux.

J’ai même parfois l’impression que si je te perdais, je serais comme veuf !

Pas facile de ne point parfois être un peu ton esclave. A en oublier des fois que tu n’es point le seul à satisfaire mon désir de toujours apprendre, d’être informé, de me distraire.

Attention cependant à la surcharge que tu peux apporter.

C’est que tu peux, l’air de rien, m’engourdir.

Il me faut parfois te remettre à ta place.

Bref, rien ne vaut le face à face réel avec ceux que nous aimons ou pas… Nous sommes alors certainement plus vrais.

Je te confie bien des choses, bien des émotions, des petites réflexions. Bon moyen parfois d’alléger un peu le fardeau des sentiments ou de la pensée, mais rien ne vaut les bras qui se tendent vers nous.

Naviguer dans la vie reste bien plus riche que de voyager sur Internet.

Bref, comme pour tout, cher ami ordi, bien vivre avec toi demande équilibre. Vivre pleinement n’a jamais été vivre sans contraintes et sans limites.

Je te remercie de ta présence, des plaisirs que tu m’offres tout en étant conscient des frustrations aussi que tu peux apporter.

Voilà la petite au point que je voulais te faire avant ce week-end qui m’apporte en chair et en os celui que j’aime et dont je te suis redevable de connaître. L’intimité du cyberespace ne remplacera jamais celle de la rencontre réelle.

Bon week-end à vous toutes et tous. Et n’oubliez pas de changer d’heure ce dimanche.

Mik.

20:01 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

27/03/2008

Lettre 301 ( justice spectacle)

justice
Cher ordi,

 

Faisant partie des médias, tu vas toi aussi être envahi des comptes-rendus du procès de Fourniret.

Je me demande toujours d’où vient le succès médiatique pour des monstres de ce type.

Pourquoi tant d’audience face à la cruauté d’un individu qui semble ainsi entrer dans l’histoire par l’horreur comme d’autres y entrent par l’honneur ?

Qu’on soit au courant que des individus de ce type existent (heureusement rarement) et que la justice s’en occupe, bien, mais faut-il étaler en long et large, avec détails insupportables le calvaire des gamines tombées dans les mains inhumaines de ce couple diabolique ?

Que les parents aient droit à la vérité, bien, mais faut-il devant caméras et micros saisir leur émotion, colère, résignation et sentiments ?

La Justice semble devenir de plus en plus un spectacle et je n’aime pas ça…

Mik.

00:07 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

24/03/2008

Lettre 300 ( Folles illusions?)

Photo de follesillusionsCher ordi,

 

Me revoilà près de toi après cette courte absence de Pâques.

C’était pas Noël blanc, mais Pâques blanc sur ma ville. Qu’à cela ne tienne, mais je n’ai point eu froid et Liége me paraissait être le ciel, comme dans la chanson inconnue de J.Brel :

 

« Il neige il neige sur Liège
Et tant tourne la neige entre le ciel et Liège
Qu'on ne sait plus s'il neige s'il neige sur Liège
Ou si c'est Liège qui neige vers le ciel
Et la neige marie
Les amants débutants
Les amants promenant
Sur le carré blanchi
Il neige il neige sur Liège
Que le fleuve transporte sans bruit

Ce soir ce soir il neige sur mes rêves et sur Liège
Que le fleuve transperce sans bruit ».

 

Bien que moi vieillissant, mon homme, débutant lui, m’offrait cette chaleur bienfaisante de son printemps. Nous avons vagabondé…et nous étions au ciel !

Samedi soir, avec l’ami François après avoir goûtés les saveurs grecques et admirés chez certains convives l’apprentissage de la fameuse danse sertakis rendue célèbre par Zorba, nous rejoignions les « Folles illusions » où nous nous amusions au cabaret ainsi nommé où la nouvelle « star »  miss Julie, de l’émission de RTL « Tout pour plaire » montrait les charmes d’une belle féminité construite par les miracles de la chirurgie esthétique actuelle. Une vraie résurrection quoi !

Dimanche nous allions à un match plus viril au Standard de Liège qui remportait la victoire !

Folles illusions ou pas, décors de nuits et paillettes, la vie est souvent un immense théâtre où bien des rôles se jouent aussi derrière les coulisses.

Un super we avec beaucoup de flocons de joie et où les cloches que nous aimons parfois être ou faire ont bien sonné…

Voilà, cher ordi, pourquoi je n’ai point caressé ton clavier et ai gardé ta souris au repos !

Mik.

20:53 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

20/03/2008

Lettre 299 ( Pâques)

cloche

Cher ordi,

 

Je vais me mettre un peu en vacances de toi durant ce long week-end de Pâques.

Nul doute qu’il sera bon pour moi. Je reçois mon homme tout le week-end, et avec en prime une première pour moi : un match au Standard à Sclessin !

dyn002_small150_122_73_jpeg_2615578_ce27b538fd5c82ae369fcf02b896eaa8

Que cette fête maintienne ou ressuscite chez vous tout ce qui fait que la vie est belle et vaut la peine d’être vécue, car que de morts vivants déjà sur cette terre !

Qui n’a pas de souffrances ? Le tout est de pouvoir faire avec, sans trop s’y accrocher, pour vivre, sans attendre un ailleurs, les bons moments.

Et je retiens de l’émission sur la Une ( à propos de Patrick Sébastien) de ce soir, que l’origine de la souffrance vient souvent de ce que nous voulons nous glisser, nous façonner, dans les désirs de l’autre.

Joyeuse fête de Pâques.

paques_cacheoeuf

Mik.

23:33 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

19/03/2008

Leterme 1er

LE_terme_
Nous voici donc proche de l’installation de notre nouveau (enfin presque) gouvernement.

Chaque parti aura mis de l’eau dans son vin, comme dans un vieux couple qui veut tenir le ménage à tout prix…

Nous voilà donc avec un Leterme premier. Même si je connais et devine la solitude de celui qui doit mener et faire aboutir une négociation, cet homme ne me plait pas. Mais laissons lui le temps de prouver ses talents. A lui de démontrer qu’il n’est pas «  le terne » personnage qu’il a été depuis quelques mois.

Je suis de ceux qui croient par contre aux valeurs des compromis, parce que cela est à l’image de ce que nous devons tous faire dans notre quotidien.

Après le temps d’élaboration d’un programme, bien maigre à mes yeux, on attend le nom des ministres, mais cela va toujours bien plus vite et cause bien moins de problèmes que celui de trouver un accord sur des vues bien différentes de société.

Car quoique vous en pensiez en disant souvent : «  tous les mêmes », vous vous trompez et c’est qu’alors vous n’écoutez pas ce que défendent les uns et les autres.

Entre les faveurs aux riches du MR et l’attention à maintenir une solidarité qui favorisent les plus faibles du PS et du CDH, il y a bien une différence, pour ne citer que celle-là…

Mik.

11:38 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

17/03/2008

Lettre 298 ( un an de plus...)

Cher ordi,

 

Me voilà donc avec un an de plus. Sans faire partie de ta génération, tu avoueras que j’ai pu nouer avec toi de très bons contacts.

Ah génération Internet, tout un monde nouveau et parfois je me demande ce que maintenant je ferais sans elle.

Ok, je te suis un peu plus infidèle ces derniers jours et d’ailleurs tu me le rends bien avec une chute très sensible de visites. On a que ce qu’on récolte, et sans semer un peu sur d’autres blogs, nous voici probablement vite oubliés nous deux. Restent toujours bien quelques fidèles heureusement !

Merci à celles et ceux qui sont venus ici en ce jour d’anniversaire ou viendront pour les jours suivants.

Blogospère quand tu nous tiens… Car j’y trouve bien des joies et, quoi de plus normal, quelques petites déceptions aussi et entre les deux  il faut aussi ajouter bien des sentiments qui nuancent toujours et cernent mieux les tonalités d’une vie ne pouvant se résumer en vrai ou faux, en noire ou rose, en été ou hiver. IL y a des entre saisons et aussi des aubes ou des crépuscules entre le jour et la nuit.

Mik.

23:02 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

14/03/2008

Lettres 297

Cher Ordi,

Je ne te ferais pas longue visite ce week-end. Il s'annonce chargé. Et oui, me voilà embarquer samedi pour les noces d'une ancienne voisine. Comme moi, elle n'est plus toute jeune, et elle a décidé de ré épouser un de ses  ex maris qui lui est bien plus âgé encore!

Ainsi va la vie, surprenante parfois. C'est que le Monsieur a une bonne pension... Et lui a besoin d'une personne en qui il a confiance et qui s'occupera bien de lui. Comment intervenir, en effet, au cas où des décisions importantes devraient être prises, en n'ayant aucun lien légal?

La vie commune entre deux personnes est encore beaucoup trop liée, réglementée et garantie par le mariage. Notre société est peu inventive pour garantir des droits aux personnes ne jouissant pas de  ce statut.

Et puis dimanche, retrouvaille avec mon homme, après une absence qui a paru très longue. On va fêter cela, c'est la veille de mon anniversaire. Nous n'avons rien non plus d'un "couple" au sens classique du terme. Notre relation est atypique et originale. Pourquoi faudrait-il entrer dans ce qui est bien souvent des stéréotypes culturels et d'éducation de société?

L'organisation et la réglementation de la citoyenneté tient peu compte de nos incohérences, de nos fantaisies, de nos paradoxes en voulant faire de nous de braves citoyens aux valeurs identiques et répondant à une éthique collective définie pourtant sur des critères bien contestables.

Bon week-end à vous.

Mik.

10:14 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |