mik dupont UA-70672535-1

16/01/2008

Lettre 269 ( La vie en plus)

Cher ordi,

 

Su tu es un ami où chacun peut trouver ce qu’il cherche, soit de la distraction ou alors de quoi alimenter son esprit, la TV reste aussi un instrument de loisirs et de culture.

Evidemment, il y a de quoi choisir. Mais j’avoue que souvent je suis satisfait de notre chère rtbf qui, bien que critiquée, équilibre assez bien culture et loisir.

Ainsi hier, j’ai, à nouveau, apprécié l’émission «  la vie en plus », après d’ailleurs  celle de « question à une » qui traitait intelligemment des arnaques sur le marché de la voiture d’occasion et du marché américain qui éclaire combien les lobbys pétroliers sont influents sur les décisions politiques.

« La vie en plus » abordait le sujet délicat de la schizophrénie et des maladies mentales.

Nous avons pu voir combien nous véhiculons encore une image négative de ces malades qui n’en demeurent pas moins des êtres humains qui d’ailleurs nous ressemblent bien plus qu’on ne croit. Qui de nous  distingue toujours  la réalité au fantasme ? Qui de nous peut dire contrôler toujours ses émotions ?  Anxiété, angoisse, sont souvent au rendez-vous d’une majorité d’entre nous.

Heureusement, nous avons la chance que ce 1% de la population schizophrénique n’a pas, celle d’avoir la capacité de gérer nos incohérences et de ne pas nous couper d’une vie sociale et familiale.

Mik.

P.S. Je ne résiste pas à reproduire ce qui m'a amusé, parce que assez vrai, cette image plus parlante qu'un long discours sur ce que peux être la schizophrénie raciste et ce sur le site http://passe-temps.skynetblogs.be/:

ChantierWallon

 

23:49 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/01/2008

Aimer à perde la raison ( version gay)

10:57 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

14/01/2008

Lettre 268 ( Saw 4)

sawCher ordi,

 

La semaine dernière j’allais voir le film que mon ami avait choisi : Saw 4.

Pièges machiavéliques défilent à l’écran dans une course puzzle macabre à outrance.

Pas trop mon style, bien que trouvant le montage cinématographique très réussi pour qui aime frissonner !

A la sortie, je me posais la question, pourquoi tant d’horreurs  attirent-elles gros public ?

Peut-être que le côté monstrueux que chacun de nous cache en son inconscient trouve t-il là moyen de transfert ?

Il n’empêche, je pensais à la réalité dépassant parfois la fiction. Les médecins nazis qui exploraient les limites d’endurance de l’organisme avaient découvert combien de temps l’individu moyen pouvait supporter la torture… Et comble de l’histoire humaine absurde, ils étaient condamnés deux jours après la destruction d’Hiroshima, à la veille de celle de Nagasaki !!

Ce genre de film servirait-il la frustration d’une société en quête toujours de violence ?

Bref, j’ai souvent fermé les yeux et si ce n’était l’amitié qui m’a mené à ce genre de spectacle, je ne serais pas allé me régaler des inventions de ce tueur qui force la participation au jeu mortel. Les plans sinistres donneront certainement une suite puisque le peuple s’en régale !

J’ai beau ne point nier mon côté « monstrueux », je ne vois toujours pas comment tant d’hémoglobine peut faire succès !

Mik.

 

13:27 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/01/2008

Lettre 267 ( Oser la fragilité)

fragileCher ordi,

Et oui, toi comme bien d'autres, tu n'échappes pas au désir de performance ! Et bien moi, j'ai abandonné cela depuis déjà un bon petit temps ...La seule performance qui vaut le coup est simplement celle du cœur. Toutes les autres ne mènent qu'à la dépression et au mal-être.

Et je voyais encore cela hier en regardant fidèlement le show de la star ac, avec hélas l'élimination de Pierre, certainement pourtant un mec de cœur, mais sans le charisme qui plait à une certaine génération. Ces « académiciens » seront-ils heureux dans la course à la performance ? A long terme, moins sans doute qu'ailleurs, mais tout est relatif. La célébrité n'est pas gage de bonheur.

L'art véritable tient, en tout cas, plus dans le partage de l'émotion, dans la fragilité de l'humain, que dans la performance du vouloir être le meilleur, le plus beau, le plus intelligent, etc. ce que le beau gosse Quentin semble faire.

La performance réclame la force et s'il y a bien quelque chose qui tue c'est justement elle. Elle fait de l'homme une chose, un objet. A ceux qui connaissent encore un peu leurs classiques, c'est un tableau que l'Iliade ne lasse de répéter : la force fait de l'homme une chose, un cadavre. Il y avait quelqu'un, et, un instant plus tard, il n'y a plus personne.  (Le guerrier renie son humanité et, soumis aux lois impitoyables de la nature, se rapproche de la bête...)

Gabriel Ringlet, vice recteur de l'université de Louvain, avait avec raison intitulé un de ses bouquins : Eloge de la fragilité.

Oser sa fragilité, c'est gagner une force mais qui celle-là ne tue point.

Mik.

10:01 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

10/01/2008

Lettre 267 ( homme et animal de compagnie)

chat1Cher ordi,

 Tu sais que je suis un défenseur de la cause animale. Le compagnon à quatre pattes exerce un rôle indéniable de lien entre les personnes, révèle aussi bien des émotions.Pourtant, en voyant des pubs, notamment celles pour nourriture pour chats, je me demande si parfois il existe encore dans notre société une frontière entre l’homme et l’animal.Et je pense à ce sketch de Devos. L'’animal nous rend plus humain ou plus bête ?Je ne peux m’empêcher une certaine révolte face à des pubs qui montre l’animal plus choyé, mieux nourri, alors que des tas de gens crèvent de misère et ne mangent pas à leur faim.Face à des hommes jugés parfois « inhumains », on dirait presque qu’on nous présente alors l’humanité de l’animal !Moi, je serais pour une pub où l’animal apprend l’homme à mieux aimer ! Mais ne rêvons pas. Un chien cela mord et cela tue même parfois, comme encore ce drame en France du gamin attaqué mortellement par le chien de famille. Et oui l'animal, comme l'humain, cela peut disjoncter parfois!!

Mik

.chat endormi

18:09 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

08/01/2008

Lettre 266 ( tout augmente...)

euros billetsCher ordi,

 Alors que ton prix à toi ne fait que diminuer, chacun se plaint, avec raison, que tout augmente.Ah le coût de la vie ! Et oui, la course à la croissance, à la consommation n’est sans doute pas  celle du bonheur. Celui-ci est bien plus une aventure personnelle. Mais voilà, avouons que celle-ci s’inscrit dans un temps où chacun exige aussi de l’Etat de permettre à chaque citoyen d’augmenter ses revenus ou de faire baisser les prix, comme celui du carburant actuellement.

euros

Ah, cher Ordi, que nous sommes des êtres contradictoires ! Bien souvent nous maudissons cette société qui exacerbe une consommation dont nous nous sentons esclaves, tout en voulant le plus de moyens possibles pour consommer ! Et nous nous étonnons, en prime, d’avoir une vie tendue, stressante et même finalement absurde.Argent source de liberté, de bonheur ? Quelle illusion ! Il ne fait que souvent attiser des envies de plus en plus grandes sans jamais vraiment les satisfaire.Mais l’être humain est ce qu’il est et il n’est pas nouveau qu’il se soumet à ce conditionnement « d’avoir » pour sembler  « être », tant dans ses relations personnelles que sociales.Ceci dit, je suis de ceux qui croient, malgré tout, que le bonheur, si il demeure essentiellement intime, personnel, dépend aussi d’un cadre de vie.Quand je vois la misère, l’angoisse des gens perdant leur emploi, celle de ceux expulsés de leur logis, l’inquiétude des jeunes face à leur avenir, des moins jeunes craignant pour leur pension, je ne peux me résoudre à dire simplement : bah, c’est une affaire personnelle !

Rubix_politique_belge

Et oui, cher ordi, alors j’en reviens à la politique, n’en déplaise à certains de mes lecteurs !Je reste scandalisé par les querelles byzantines des partis et hommes politiques. Oh, je n’attends pas d’eux qu’ils fassent le bonheur des gens et encore moins qu’ils le dictent. J’attends seulement qu’ils ne l’empêchent pas, qu’ils le permettent.Entre les thèses collectivistes des uns et l’individualisme des autres, je crois à une alternative qui puisse, sans promettre le bonheur, tenter d’atteindre des conditions où chacun peut  trouver de la liberté, de l’ordre, de l’égalité, des moyens pour en tout cas mieux vivre et se construire son propre bonheur.Sans un minimum de bien-être matériel, je ne vois pas comment quelqu’un peut vivre heureux. Mais de là à me laisser engloutir dans une société de gadgets, il y a de la marche…Je sais, cher ordi, je reste un grand utopiste ! Mais c’est ainsi. Mik.

00:03 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

06/01/2008

lettre 265 ( merci à lui)

gay
Cher ordi,

 

Qu’il fut  bon ce we, même que je t’ai un peu oublié, trop pris, et cela fait du bien, par cet ami qui m’est si doux et si fougueux à la fois. Rien de terriblement spécial pourtant, un bon repas, une petite sortie en ville et un cinéma. Mais quel bonheur et quelle nuit.

Quelle chance j’ai pu toujours avoir dans ma vie de rencontrer au fil du temps tant de tendresse d’amour et d’amitié.

Qu’il est bon d’avoir quelqu’un dans la peau ! Tout devient plus simple et le cœur s’ouvre, donne et pardonne. Merci à lui.

Mik.

17:53 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

03/01/2008

Lettre 264 ( paroles et paroles...)


le_corbeau_et_le_renard_illustration_dore
Cher ordi,

 

Chez toi et chez tes collègues, le temps des belles paroles et des souhaits sincères ou non, profonds ou superficiels prend déjà le chemin de l’année 2008, en attende d’autres voeux.

Paroles et paroles, chantait Dalida… Et oui, les mots ont toujours été plus faciles que l’action et aimer en paroles bien plus simple qu’aimer dans les petits et grands gestes quotidiens.

Personne n’est insensible aux beaux mots du cœur, à celles et ceux qui vous disent belles et beaux et ne cessent de vanter votre plumage par un ramage que La Fontaine a si bien mis en fable !

Dans l’immense puzzle de notre personne qui tente chaque jour de se construire, de se reconstruire, ne trouvant que très rarement toutes les pièces qui la rendraient heureuse, méfions-nous de celles colorées du bleu azur des rêves et idéaux romantiques. Si la réalité doit aussi avoir ses rêves, il faut les inclure, les imbriquer dans les facettes moins azurs et roses qui forment et  tissent notre être entier et unifié avec tant de difficultés! Nous ne serons probablement jamais entièrement assemblés...

Et si comme le Corbeau, à chaque amour déçu, nous nous disons que l’on ne nous y prendra plus, sachons encore faire confiance à ceux qui sont peut-être moins flatteurs, mais plus vrais et savent nous dire parfois des choses dures.

Mik.

18:07 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

01/01/2008

Lettres 263. ( pour un monde meilleur)

Cher ordi,

 

 Toi, mon confident, sans l’être vraiment, j’avoue me réjouir toujours de la fin des fêtes de Noël et Nouvel-an. Tout ce climat de paillettes et lumières a certainement son charme et exprime un besoin de rencontres joyeuses, mais il n’a jamais été mon truc !Les valeurs de notre société y sont pauvrement exposées. On n’y voit que celles du matérialisme démesuré ou pour être il faut avoir le plus possible ; où pour être reconnu il faut se rendre célèbre sans trop se préoccuper de la solidarité.Mais voilà, que puis-je vraiment faire, sinon dénoncer et parfois participer à des actions humanistes ?Nos philosophes d’aujourd’hui ont laissé occuper le terrain aux gens de finances et aux politiciens.« Je n'ai pas de solution : mon objectif, ce n'est pas de construire la société de demain, c'est de montrer qu'elle ne doit pas ressembler à celle d'aujourd'hui. » disait Albert Jacquard, grand généticien et philosophe de notre siècle. J’ajouterais d’ailleurs qu’elle ne doit pas non plus ressembler à celle d’hier.Je n’ai aimé aucun discours de vœux des responsables dans le monde. Pas plus celui du pape rétrograde que ceux, comme Sarkozi, qui, comme s’ils étaient détenteurs de la vérité, font croire au changement alors qu’ils sont des exploiteurs de la misère humaine, l’un promettant un paradis et l’autre un monde plus égalitaire !N’étant guère royaliste, je ne parlerais pas des nobles intentions d’un Roi, incapable d’avoir assumer un enfant illégitime.

Mais je ne suis ni meilleur, ni pire que ceux qui me les cassent.Je veux juste être de ceux, qui heureux de vivre,  aime poursuivre, en sachant que jamais elle ne sera trouvée, la vérité, voire la recette, de voir les gens vivre de façon plus responsable et aimante. Bien trop se contentent d’être des moutons, d’être des soumis. Non aux idées intégristes, d’où qu’elles viennent. Non à l’intoxication des médias et du monde de la consommation. Non aux influences de plus en plus grande de parasciences (comme vu dans certaines émissions sur la voyance par exemple). Non à la violence des idées et idéologies qui arment de pauvres mains.C’est beaucoup de non ! Mais il y a un grand oui. Celui à ceux qui croient et pratiquent le seul vrai projet commun qui vaut la peine : celui de s’aimer pour mieux aimer l’autre. Il ne s’agit pas d’une vérité révélée par un dieu ou par ceux qui ne pratiquent pas ce qu’ils prêchent, mais simplement d’un besoin humain qui de tout temps s’est manifesté.Voilà, cher ordi, ma petite élucubration de ce jour de l’an neuf.

Mik. 

21:45 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

30/12/2007

lettre 262 ( voeux)

ba5
Cher ordi,

 

Veux-tu bien transmettre, à toutes celles et ceux qui passent et passeront par ici, une année nouvelle riche et joyeuse.

Riche d’amour et d’amitié, et si ma fois, il y un peu plus d’euros tant mieux !

Grâce à toi, cher ordi, bien des gens se sont liés les uns aux autres sur ce territoire étrange de la virtualité. Et si parfois, bien des illusions se sont évanouies sur la fidélité, sur l’attente que nous posions parfois sur une telle ou un tel, il demeure une joie de partager des émotions, des passions ou des moments simples de notre quotidienneté.

Mettre des mots sur ce que notre intériorité ressent, voilà sans doute l’essentiel.

La vision de l’homme a fait la part trop belle à la dualité âme et corps. Pourtant pour mieux comprendre l’humain, il faudrait le saisir sur le vif, le saisir dans son cœur, dans son langage, dans ses gestes extérieurs et pensées internes. Qu’il est difficile d’harmoniser, d’équilibrer les zones qui nous tissent.

Alors transmets cette espérance qui voudrait que l’on accepte nos divorces entre le dire et le faire, entre le cœur et la raison, sans pour autant renoncer à l’équilibre de toutes nos composantes complexes et multiples.

Moi, je tiens simplement à remercier mon jeune ami pour tout le soleil qu’il ma donné en 2007 et dont les rayons sont encore si présents.

Je suis heureux aussi d’avoir mieux retrouvé mon fils en cette fin d’année.

Que 2008 soit pour vous aussi année de bonheur.

Mik.

ba1

19:32 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |