mik dupont UA-70672535-1

11/10/2007

PETIT RAPPEL

decoration
Il reste 18 places.
dyn003_original_450_292_pjpeg_58690_fb71e31eb3f5539cda43ffcac3676b23

17:55 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

09/10/2007

Lettre 227 ( dossier immigration)

Cher ordi,

Voici donc notre Parlement en action sans gouvernement.

Pauvre Belgique. Incapable de trouver des pointures politiques suffisantes pour dépasser les égoïsmes communautaires !

Bon, parait que l’orange-bleue avance donc. La problématique de l’immigration semble avoir trouvé compromis entre deux thèses : celle des libéraux (proche de celle de zizisarkozy) qui veut limiter celle-ci à une immigration qu’on va chercher quand on en a besoin et celle des humanistes (plus proches de ce qui s’est fait en Espagne) qui veut régulariser plus largement toute une série de clandestins installés chez nous depuis de nombreuses années.

En tout cas l’Espagne a réussi à faire entrer dans le circuit économique classique un grand nombres d’immigrés qui maintenant payent leurs taxes et font croître les caisses de l’Etat, plutôt que celles de négriers modernes qui préfèrent certainement voir la clandestinité continuer et votent certainement à droite ! Car attention aux clichés et à un esprit raciste qui a l’art de caricaturer des situations bien plus complexes qu’en apparence.

On attend donc la suite en sachant que nous sommes (à mon avis très bien ainsi) dans un système où il faut une coalition pour former un gouvernement. Impossible donc de vouloir imposer tout son programme.

Je parlais hier de la difficulté de former et de tenir un couple, idem donc en politique.

Personnellement, même si nettement plus difficile, je préfère ce système à la dictature du plus fort !

Bonne journée à vous qui passez par ici par hasard ou amitié.

Mik.

22:59 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/10/2007

Lettre 226 ( le couple)

mariage-003
Mon cher ordi,

Je n’ai aucune compétence particulière pour oser parler de couple. Je ne sais qu’observer ce qui s’est passé dans le mien, ce qui se passe un peu dans d’autres et constater l’espoir que fondent encore beaucoup de jeunes sur la vie à deux.

Je ne veux pas être destructeur de rêve, mais avouons que si les échecs sont nombreux, ils viennent probablement d’un grave malentendu de départ. Celui de l’illusion de croire que chacun va être comblé dans cette union. Que chacun va enfin trouver ce qu’il attendait, sans trop d’ailleurs pouvoir trop exprimer cette attente.

Vous avez beau prévenir nos jeunes que le temps amoureux n’est pas vraiment ce qui les attend dans le futur, ils vous diront, avec raison, vouloir l’essayer et tenter de prouver qu’on peut s’aimer toute une vie.

Les belles images du couple idéal répondent pourtant peu à la réalité.

La rencontre de deux élans amoureux cache trop souvent des méconnaissances réciproques.

Me connaissais-je d’ailleurs bien quand j’ai rencontré celle qui allait devenir trente ans ma femme ? Certainement pas, et nettement moins que maintenant !

J’aurais surtout aimé qu’elle me voit comme j’aurais voulu être, bien plus que comme j’étais !

J’ai sûrement montré ce que je pensais qu’elle attendait de moi…Elle a probablement fait la même chose.

Je ne pense avoir été l’exception dans ce cas !

Mais le temps, rapidement ou lentement, démystifie le mirage que nous cherchions. Nous courions après quelque chose et nous trouvons bien autre chose dans un partage devenu quotidien. La vie de couple ne comble pas nos manques, nos espoirs fous, nos peurs, nos espérances, nos envies de tendresse, de certitudes.

Puis nous avons peur de faire mal à l’autre en nous révélant tels que nous sommes. Nous avons peur de décevoir. Alors nous continuons ce qui est devenu un peu une espèce de théâtre, avec en coulisse d’autres acteurs !

Les images que nous proposent tous les médias actuels sont trop souvent des miroirs déformants du regard lucide et réel qui devrait aider à éclairer la profondeur et la complexité des sentiments humains. Que de pièges dans le jeu des belles images de l’idéologie amoureuse.

L’autre en tout cas, ne sera jamais comme nous l’avons imaginé, désiré ou rêvé.

Personnellement je n’en ai pas fait un drame, ce qui ne veut pas dire que la souffrance a été absente, loin de là ! Je me suis débattu pour tenter de trouver équilibre, épanouissement et faire des choix difficiles.

J’ai surtout osé (vrai que on m’y a aidé) casser la belle image que je pensais nécessaire pour vivre pour enfin trouver plus d’authenticité et de liberté.

Voilà, cher confident informatique, ce que j’avais envie de t’écrire aujourd’hui.

Mik.

18:20 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

07/10/2007

à l'ami

J’aime cette amitié, celle qui le samedi vient se glisser dans mon lit.
J’aime préparer la table des partages gourmands et fins.
Je me sens bien quand tu souris, quand ton visage s’épanouit.
Que serais-je sans l’espoir d’un prochain train ?

A l’improviste et par hasard, tu es venu croiser mon chemin.
Et ce que j’ai bien cru au début vite fini
N’a fait que croître pour que tu sois l’ami.
L’étrange unisson de ton corps câlin
Me rend heureux, soir et matin.

Mik.

10:08 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

05/10/2007

Dans mon quartier ce samedi: la nuit des côteaux.

nocturne-9
Promenade magique à travers ruelles, cours, escaliers, terrasses, jardins, sentiers, prairies et vergers… accrochés au flanc de la colline, en bordure du cœur historique de la ville. Manifestation de dimension internationale, la Nocturne des Coteaux de la Citadelle est devenue la grande fête de la lumière de toute la région, à l'intérieur du nouveau concept Liège, ville de Lumière. Plus de 12.000 bougies, flambeaux, projecteurs, guirlandes lumineuses, brûlots, torches sont allumés le long du parcours dès 19h30. Les promenades sont aussi balisées de multiples animations musicales et théâtrales. De nombreux bâtiments sont exceptionnellement accessibles.

pour plus d'informations:

http://www.lanocturnedescoteaux.be/fr/la_nocturne_coteaux...

Si vous venez dans la quartier, prévenez-moi!!

 

nocturne-12

00:00 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

03/10/2007

lettre 225 ( affaire Hans Van Themsche)

Mon cher Ordi,

 Tu participes très certainement aussi à la très médiatique affaire de ce jeune assassin raciste d’Anvers.

Grosse émotion bien compréhensible devant des crimes aussi odieux.

Mais si la responsabilité de ce jeune tordu ne laisse aucun doute, il serait utile de revoir celle de tous les discours racistes, parfois discrets et insidieux, qui tentent de faire passer l’étranger comme bouc émissaire de l’insécurité ou encore des problèmes économiques du pays.

Ceux-là même qui aujourd’hui s’émeuvent sont souvent porteurs d’un discours dangereux sur les étrangers et surtout sur les maghrébins.

Ah, la sensibilité populaire est si versatile !

Dans ce cas, comme bien d’autres, les sentiments humains que sont l’émotion et la colère prennent immédiatement le dessus. C’est tout à  fait normal. Comment ne pas être révolté devant un tel acte de barbarie.

J’entends des discours simplistes, comme devant d’autres cas aussi horribles, s’insurger contre la nécessité d’un procès dit équitable.

Attention. L’histoire nous a enseigné que réagir à chaud, sur le vif, du tac au tac, n’était pas une bonne et sage solution, ce que semble d’ailleurs hélas oublier nos politiciens.

Tout particulièrement en matière judiciaire, écouter les cris du peuple criant vengeance n’a pas été dans l’histoire l’attitude la plus juste.

Mik.

09:31 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

01/10/2007

Lettre 224 ( ordinateur et communication)

Cher Ordi,

 lundi 30 avril 2007Tu es parfois semblable à cette flamme, comme une lueur éclairant la voie des amitiés.

Tu éclaires avec ombres et lumières bon nombre de blogeurs.

Nouvelle source de partages, tu vacilles parfois entre certitudes et doutes.

Nouveau moyen de communication, tu nous emmènes sur les mystères qui sont souvent nôtres. Tu nous ouvres sur les possibles de l’autre, sur ses rêves, sur sa vie.

Nouvel espace de dialogue, tu portes bien des échanges futils ou profonds.

Et si je devais faire le bilan de ce que tu m’as apporté, je comptabiliserais bien plus les joies, les élans, les plaisirs reçus (et j’espère offerts aussi) que les peines et déceptions.

Car ainsi la petite flamme, cher ordi, tu offres une lumière, fragile mais certaine, à qui sait trouver dans la communication source d’émotivité qui fait avancer.

En évitant fausse romance ou illusion naïve, tu es nouveau lien.

Merci mon ordi !

Mik.

                                         

decoration

00:02 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

29/09/2007

Automne

Ma vie, elle aussi en automne, laisse parfois retomber sa sève pour donner couleurs or aux feuilles d’années écoulées. Mais toujours avide de printemps, d’été, je ne puis croire à l’hiver de ma chair. Bien des saisons tourneront encore. Nos vies avec elles chercheront tantôt sève, soleil, feuilles oubliées ou traces neigeuses.

Septembre déjà. Le temps de larguer nos rêves d’été. Le temps de trouver chaleur ailleurs. Moi, c’est dans tes bras, dans ton amitié que je dégusterais nouvelle chaleur, nouvelle sève.

Il n’y a point de morne saison pour qui sait aimer et être aimé.

Tes attentions, tes petits mots et gestes valent bien tous les sables d’une plage chaude.

Laissons tomber les feuilles, celles qui mortes emportent le temps passé.

La nature perd peu à peu sa parure. N’est-elle pas aussi belle nue ? Goûtons à son technicolor de toutes ses saisons.

Mik.

Bon we à vous.

Et n'oubliez pas la journée du 4 novembre à Waremme.

decoration

09:03 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

27/09/2007

Lettre 223 ( marre du militantisme gay)

Cher ordi,

 

Tu n’es pas le seul écran sur lequel pas mal de questions sur l’homosexualité sont posées. Hier je regardais encore l’émission "tabous" sur ant2 consacrée à ce sujet un peu à la mode.

On connaît mon homosexualité, mais j’avoue être agacé par une espèce de militantisme gay, autant d’ailleurs que par les fausses idées qui circulent encore au sujet d’une sexualité qui n’a rien de la caricature rigolarde des gays prime  ou des couples de folles style la cage aux folles.

Rarement les témoignages ou les fictions évoquent avec sérieux ce qui bien que minoritaire est plus fréquent que beaucoup imagine.

Mais voilà, cher ordi, je n’ai jamais eu l’esprit militantiste. Ce n’est pas la « cause » gay qui me le donnera, bien au contraire !

Chacun trouve son plaisir, sa conception du couple, de l’amour là où il peut, comme il l’entend et surtout comme il le peut, en sachant qu’être heureux en amour n’est jamais facile.

Je n’adhère ni au matraquage des idées toutes faites,  ni  à une espèce d’idéalisation du modèle gay.

Je ne me sens pas «  à part » de par mes pratiques sexuelles. Réduire d’ailleurs, comme le fait souvent le militantisme homo, l’individu à son identité sexuelle est bien trop réducteur. Nous sommes « pluriels », hétéros comme homos. Nous avons tous nos facettes lumineuses ou plus ombragées. C’est bien ainsi.

Alors sodomie, actif ou passif, versatile et tout le vocabulaire que j’entends souvent dans le monde très « ghetto » gay, je m’en fou !

Je m’en tiendrais au bon sens populaire  « chacun fait ce qu’il veut avec son cul » !!

Mik.

 

20:53 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

26/09/2007

Lettre 222 ( mon psy)

Cher Ordi,

 

Grosse journée hier. J’ai très peu été sur ton clavier.

Je retiens surtout mon entretien trimestriel avec mon psy.

Il est un peu à ton image. Oui oui, aussi bizarre que cela puisse paraître.

Il y a chez chacun de nous un besoin d’être entendu, d’avoir une espèce de témoin à nos paroles.

Etre à l’écoute de soi-même est aussi difficile que d’être à l’écoute de l’autre.

Mais me diras-tu, qu’est ce que tu peux bien lui raconter à ton psy ?

Rien de bien spécial, simplement mes anecdotes de vie.

Et puis, au-delà des faits, de ce qui s’est passé durant trois mois, j’entre sans même parfois m’en rendre compte, dans mes ressentis, mes sentiments, mes émotions. Il m’éclaire aussi sur mon imaginaire qui me renvoie souvent à mes fantasmes, mes désirs, mes peurs.

Ainsi, on détecte mieux comment résonne en nous le passé, notre histoire.

Je ressens toujours après les 45 minutes d’entretien comme une libération avec une meilleure sécurité sur ce que je suis. Autrement dit, j’en sors en meilleure santé ! Et oui, ne sont pas médecin pour rien les psychiatres…

Là au moins, je peux pleinement me dire, sans risque d’être jugé.

Hier j’ai mieux découvert encore ma façon de trouver plaisir de la vie. Celle qui me fait adorer les contradictions, les «  inversions ». Tant pis pour les moralistes, les puritains, les bien-pensants, je suis de ceux qui sans renoncer à la réflexion, ou à prendre distance avec l’immédiat aiment me lancer dans des espèces de provocation, dans ce qui demeure chez moi jeunesse, fougue, emballement. Je ne trouve aucun plaisir à me couler dans la norme.

J’étais bien heureux de m’entendre dire : vous ne serez jamais vieux je crois !

Et d’en sortir aussi  tout rassuré en trouvant confirmation que ma relation avec mon jeune ami ne pouvait qu’enrichir nos attentes mutuelles.

Mik.

08:15 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |