mik dupont UA-70672535-1

17/07/2007

Lettre 183 ( soleil, soleil..)

 

Mon cher ordi,

 

Je crois que tu souffres avec moi de la chaleur !! Faut dire que ce n’est ni ton ventilateur, ni le mien qui changent grand-chose. Le soleil oui, mais mon appartement devient vite un véritable sauna. Du coup, j’ai l’impression que mon cerveau se ramollit et devient aussi lent que toi au démarrage !

Vaut mieux alors goûter à la joie de la petite promenade dans les beaux parcs liégeois, comme hier après-midi avec deux amis. Désolé, mais comme tu n’es point portable, je dois t’abandonner !

Tu restes cependant bien utile et j’étais surpris encore hier matin de voir ma petite fille adorée se débrouiller sur ton clavier pour y chercher sa musique préférée : Mika lolipop si j’ai bien retenu…On est loin du Chantal Goya que mes enfants aimaient et que je détestais.

Comme je bénéficie de la voiture de ma fille jusqu’à la fin du mois, je vais en profiter pour circuler un peu plus. Je serai donc moins présent sur ton clavier, cher ami.

Et surtout, j’ai plus souvent aussi la visite de mon ami bien en chair et en os celui-là.

Carpe diem !

Mik.

09:22 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

14/07/2007

Lettre 182 ( défilé militaire)

14 juillet

feux005

Mon cher ordi,

 

Ah, ces défilés militaires !

Je te confierais que ce n’est vraiment pas mon « truc ».

14 juillet ou 21, tous ces fastes autour de la fierté nationale, me font sourire.

Je sais que selon l’adage il faut bien préparer la guerre pour avoir la paix. Soit, mais que de dépenses pour équiper en armes meurtrières toujours plus sophistiquées des armées dont on tente de donner une image de plus en plus humanitaire.

Je rêverais d’un sens de la nation remplacé par un sens humanitaire, selon un rituel bien autre que celui réservé à une classe "d’élites" fière d’être sur podium en tenue mode ou militaire !

A quand un défilé des gens dévoués à la cause humanitaire, de ces nombreuses organisations non gouvernementales qui oeuvrent dans le monde à réparer ce que la folie des plus forts tentent d’imposer aux plus faibles ?

Le premier défilé sous le Président Sarkozy a eu beau innover en mettant l’Europe à l’honneur,où par un président prenant un bain de foule, je ne suis pas convaincu du bien-fondé des fastes de nos Etats qui fondent la fête de leur existence par l'exposition de leur puissance militaire.

On connaissait mon aversion pour cet homme politique. Je confesse mon admiration pour son sens de la communication. Je reconnais la diabolisation outrancière qu’il a du subir.

J’attends de voir si son ouverture est plus réelle que stratégique.

J’attends surtout de voir si sa politique offrira à tous les français plus d’égalité, de liberté et de fraternité !

J’attends de voir si la fracture sociale entre les pauvres et riches s’atténuera par les réformes qui se préparent. En cas de réussite, nous pourrons certainement y prendre de la graine.

Mik

apu-1-1xqh6013fxq7mjqh0uy241i5

 

montage "piqué" chez

 http://un-peu-damour-et-damitie.skynetblogs.be/

12:24 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

12/07/2007

Lettre 181 ( vie privée- vie publique)

Cher Ordi,

Ah mon cher Ordi, qu’es-tu devant la complexité humaine ? Bien petit, malgré tous tes mystères.

Etonnante, fascinante, la mort de François Mitterrand contée hier par sa fille Mazarine et ses deux fils. Complexe ce monarque républicain des temps modernes. Il est parfois de ces personnages exceptionnels, de ces grands qui dévoilent leur humanité dans ce qu’elle garde de secret, de faste, de paradoxale, de complexité et de simplicité.

Il est de ces personnages de roman, avec des amours cachés et fidèles.

Etonnante grande dame que cette Anne Pingeot, femme de l’ombre d’un homme qui aimait la lumière. Le secret d’Etat rejoint sans doute celui que tous nous avons, d’une façon ou d’une autre. Est-ce cela qui nous rend tolérant ?

Vie publique, vie privée, deux faces de notre humanité bien souvent contradictoires.

Faut-il tout dire de notre existence ? Dire est parfois aussi trahir. Les non-dits peuvent révéler autant que nos épanchements « blablatiques » nos joies, souffrances, questionnements et battements intérieurs.

La pyramide du Louvre est bien à l’image de ce président pharaonique du XX siècle : un diamant de lumière aux milles facettes dans le temps de l’histoire humaine collective et personnelle.

Merci Monsieur Mitterrand. Chapeau Madame Mitterrand, Madame Pingeot et vous ses enfants.

Mik.

 

 

09:20 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/07/2007

Lettre 180 ( les blogs)

Cher ordi,

 

En te lisant, comme suivant cela m’arrive, car tu es une source intarissable de lecture et d’information sur n’importe quel sujet, je voyais que 26,27% de Français consultent au moins un blog par mois. 18,8% ont déjà déposé un commentaire et 6,1% en ont créé un. Les chiffres belges ne doivent pas être différents.

Une large moitié (57%) consultent les blogs pour partager expériences et passions.

Contrairement à ce que j’aurais pu croire l’engouement pour les blogs se situe dans la tranche d’âge de 16-24 ans (70,3%).

Bien voilà quelques chiffres. L’important se trouve certainement ailleurs. En tous cas, la journée de samedi a encore prouvé que ce nouvel outil de l’information peut créer de bons liens amicaux. Publier simplement ses idées, ses humeurs, ses opinions, ses avis, sa petite vie personnelles, voilà certainement un moyen de vivre un plus et grâce à toi, mon cher compagnon. Ne nous leurrons cependant pas trop. Comme partout, au boulot, en famille ou tout autre « communauté », nous nous rapprocherons de certains plus que d’autres et les déceptions seront aussi au rendez-vous.

Qu’importe les échanges approfondis ou pas restent toujours riches.

Ah oui, j’oubliais de te dire que j’hésite toujours sur l’orthographe de «  blogueur » et bien il semblerait que cela soit : "bloggeur" pour la personne, et "blogger" pour le verbe.

Bon, je vais essayer de m’en souvenir.

Assez bloggé pour aujourd’hui ! Il est vrai que je préfère souvent débloquer…

Mik.

17:25 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

09/07/2007

Lettre 179 ( le train)

train1Mon cher ordi,

 

Toi tu fais voyager, mais tu voyages peu. Dis, mon ami,, sais-tu que j’aime le train. J’aime les ambiances de gares, de quais où les gens vont et viennent. Les uns pour le boulot, d’autres pour les vacances, d’autres encore pour revoir l’ami ou les parents.

J’aime quand le train m’amène celui que je chéris.

Et si parfois, dans notre longue voie de vie, nous traversons, comme le train, bien des tunnels, à chaque fois, nous retrouvons la lumière.

Mik.

 

10:46 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

08/07/2007

Oteppe. 07.07.2007.

 

Mon cher Ordi,

 

Une fois de plus, grâce à ta magie informatique, tu étais hier le centre de la rencontre amicale de blogueuses et blogueurs emmenés sur la voie de l’hirondelle par l’ami François d’Outre-Atlantique.

Le soleil était de la partie, rayonnant sur la jolie petite troupe d’anciens, d’habitués, mais aussi de nouveaux accros du clavier. Adieu le virtuel pour passer au réel autour d’une verre, d’un repas, d’un feu de camp dans la musique en peu rétro d’un chanteur amateur.

Bon moment de détente. Ca a jasé, ri, échangé sur la terrasse de ce domaine d’Oteppe.

Impossible de retenir tous les noms, pseudos et blogs de toute cette blogosphère.

Merci à Mireille et à J.C d’avoir pu assurer mon aller-retour.

Merci à François pour avoir réussi, une fois encore, cette rencontre sympathique et amicale.

Coucou chaleureux aux absents et absentes que nous espérons retrouver lors d’une prochaine rencontre.

Bon dimanche.

Et toi, cher ordi, merci de tout ce que tu nous apportes !

Mik.

Oteppe 7.7.07 006

 

Oteppe 7.7.07 007

 

Oteppe 7.7.07 008

 

Oteppe 7.7.07 019
 

Oteppe 7.7.07 012

 

Oteppe 7.7.07 013

 

Oteppe 7.7.07 015

 

Oteppe 7.7.07 021

 

Oteppe 7.7.07 016

 

Oteppe 7.7.07 024

 

10:22 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

06/07/2007

L'averse de Da Silva .

  C'est de circonstance...

 

12:37 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

05/07/2007

Lettre 178 ( Oteppe)

DSC00029

Cher Ordi,

 

Bientôt donc, grâce à toi, j’espère revoir bon nombre de tes visiteurs à Oteppe, grâce à l’initiative de celui qui a gardé son coeur d’enfant.

Dis, si tu savais faire un petit quelque chose pour ajouter à la chaleur amicale quelques rayons de soleil, cela serait chouette !

Quel mauvais début d’été. Je ne suis jamais trop atteint au moral par le climat, mais là, il est vrai que un peu marre.

Je ne peux m’empêcher de penser à tous nos vacanciers qui ne courent pas les pays du soleil ?

Un peu tristounet notre beau pays…

J’avoue ne pas faire partie de ceux qui aiment faire brochette bronzette. Voyager a toujours été pour moi un bonheur, mais pour vivre la vie des habitants des nombreux pays que j’ai eu la chance d’arpenter dans ma vie. Le tourisme, genre classique, ne m’a jamais tenté.

Il n’empêche, je peux comprendre le désir d’évasion et le farniente au bord de la mer, l’apéro au pastis, le bon petit vin, le barbecue aux parfums des herbes d’ailleurs.

Moi, cette année, étant en éternelles vacances, je resterai sagement (façon de parler…) dans mon petit cocon où je me sens si bien.

Amies et amis, à  samedi ?

Merci déjà à Petit Verglas de bien vouloir me véhiculer.

Mik.

10:04 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/07/2007

A méditer et encore mieux à pratiquer...

 

Un porteur d’eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux deux extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

L’une des jarres avait un éclat, et, alors que l’autre jarre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu’à la maison du maître, l’autre jarre perdait presque la moitié de sa cargaison en cours de route.

Cela dura deux ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages.

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.

Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu’elle ne parvenait pas à remplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable.

Au bout de deux ans de ce qu’elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

« Je me sens coupable, et je te prie de m’excuser »

« Pourquoi ? » demanda le porteur d’eau. « De quoi as-tu honte ? »

« Je n’ai réussi qu »à porter la moitié de ma cargaison d’eau à notre maître pendant deux ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l’eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau. Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts » lui dit la jarre abîmée.

Le porteur fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit : « Pendant que nous retournions à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu’il y a au bord du chemin ».

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au cœur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce que elle avait encore perdu de son eau.

Le porteur d’eau dit à la jarre : «  T’es- tu rendu compte qu’il n’y avait de belles fleurs que de ton côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite ? C’est parce que j’ai toujours su que tu perdais de l’eau que j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de fleurs de ton côté du chemin et chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin. Pendant deux ans, j’ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses. »

Morale de l’histoire : Nous avons tous des éclats, des blessures, des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées. Certains d‘entre nous sont diminués par la vieillesse, d’autres ne brillent pas d’intelligence, d’autres trop grands, trop gros, trop maigres, certains sont chauves, d’autres sont diminué physiquement, mais ce sont les éclats, les défauts en nous qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.

Il vaut mieux prendre les gens tels qu’ils sont, et voir ce qu’il y a de bien en eux. Il y a beaucoup de positif en tout.

Il y a beaucoup de bon en vous.

Ceux qui sont flexibles ont la chance de ne pas pouvoir être déformés.

Souvenez-vous d’apprécier tous les gens différents qui peuplent votre vie ! Sans eux la vie serait bien triste.

Merci d’apprécier amicalement mes imperfections -et, plus important pour vous -d’apprendre à aimer les vôtres…

 

 

23:13 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : defauts |  Facebook |

01/07/2007

Lettre 177 ( autisme)

Je suis né un jour bleuCher ordi,

 

Souvent je te quitte pour regarder le samedi soir l’émission super de Laurent Ruquier : « On est pas encore couché ».

A nouveau, je n’ai pas regretté de veiller si tard.

Epoustouflant ce jeune surdoué autiste qu’est ce jeune britannique Daniel Tammet.

Plus étonnant d’humanité encore que par les nombres et les mots qu’il perçoit comme des assemblages de formes et de couleurs ou par sa capacité de tenir une conversation dans 10 langues et de réaliser des calculs sophistiqués de tête.

Ce jeune homosexuel vient de publier sa biographie.

Pour en savoir plus :

http://squewel.blogspot.com/2007/06/je-suis-ne-un-jour-bl....

 Voilà un beau livre de vacances.

 

 

 

19:22 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |