mik dupont UA-70672535-1

11/01/2007

 

lordi sourire

 

pas d'inspiration aujourd'hui... et oui, cela arrive.

12:03 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

10/01/2007

Lettres 104 ( monarchie et démocratie)

Cher ordi,

 

Ah, la médiatisation ! Et tu en fais, à ta manière, partie.

Ainsi cette tempête dans un verre d’eau pour le prince Laurent.

A plusieurs reprises, j’ai affiché être républicain.

Le pouvoir transmis par le sang reste anti-démocratique.

La monarchie, même constitutionnelle, est vraiment devenue obsolète.

Ceci dit, l’affaire du prince Laurent à la une me fait bien rire.

Je ne bénis évidemment pas les détournements de fonds et trouve scandaleux que les citoyens doivent payer le train de vie de princes dont on se passerait allègrement.

Faut-il quand même dire que, en toute objectivité, la dotation royale est loin de représenter une somme super importante dans le budget global de notre Etat. Une république coûterait autant, si pas plus. Là n’est donc point à mes yeux le problème.

Le canard noir de la famille royal se retrouve bien certainement pris dans une tourmente dont il ignore les tenants et aboutissants exacts.

Alors tous égaux devant la loi ? Mouais, plus ou moins…

Disons qu’à mes yeux ce fameux procès de Hasselt aura eu comme mérite d’oser faire comparaître un prince devant la justice.

Pour le reste, je trouve qu’il serait temps aussi de trouver un contre pouvoir aux médias.

Le sensationnalisme a aussi quelque chose d’anti-démocratique.

La notoriété s’est encore révélée ici par le temps et le nombre de passages à l’écran d’une affaire qui serait restée sans écho, ou presque, si cela avait été l’affaire d’un simple citoyen. Aucun nom des prévenus d'ailleurs n'est véritablement cité, sinon celui de l'ancien conseiller du prince...

Est-ce les journalistes qui doivent vraiment toujours détenir les clés du temps et des sujets à étaler devant le public ?

Il est vrai que nous avons encore comme pouvoir celui de zapper, mais…

Bonne journée.

Mik.

00:08 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : monarchie et democratie |  Facebook |

08/01/2007

Lettre 103 ( s'exprimer, c'est s'épanouir)

photo larmes!!!Cher ordi,

 

Lorsque tu me fais parcourir les blogs, j’y lis bien souvent combien il est difficile pour beaucoup d’entre nous de trouver vraiment quelqu’un qui puisse comprendre ses aspirations, ses inquiétudes.

Personnellement, j’ai eu la chance de rencontrer très jeune des gens de valeur qui m’ont aidé, hors du cercle familial, à devenir adulte, plus exactement à trouver ma voie ou à répondre un peu à la question qui nous hante tous : comment vivre ?

Je ne pense pas que ce soit dans les discours convenus de la famille que nous trouvons réponse à nos aspirations profondes.

Je lisais chez Ange et ses secrets le souvenir d’une mère qui a toujours caché ses peines. La mienne aussi, et je le regrette. Nous devrions pouvoir apprendre à lâcher nos larmes sans la moindre honte parce qu’il faut savoir laisser exprimer sa peine. Hélas, je suis de cette génération où l’on m’a inculqué l’inverse.

Bien s’exprimer n’est pas aussi simple que nous n’imaginons. Exprimer nos attentes et nos désirs engendrent bien des frustrations parce que nous confondons un peu tout en nous.

Cher ordi, tu me faisais lire à ce propos sur un blog http://voyagedevie.canalblog.com/archives/2006/04/10/1678245.html

quelque chose qui me faisait penser à ce que j’entends mais dis également souvent : « Tu ne fais pas assez attention à moi ».

Alors pour celui qui veut savoir un peu plus, voilà :

Il ne faut pas confondre "faire une demande" et "exprimer un besoin".

-   J'aimerais que tu ais plus d'attentions envers moi.

Cette phrase n'exprime pas le besoin (d'amour) que les attentions devraient combler.

Explication : Demander de l'attention exprime quelque part de la frustration (on sent un manque et on n'exprime pas réellement ce manque.)

La véritable expression du besoin serait celle-ci :

-   J'ai besoin de tendresse en ce moment, veux-tu me prendre dans tes bras.

Dans cet exemple on notera que la première façon de s'exprimer ne révèle pas le vrai besoin, (tendresse, amour). On est presque dans le reproche :

-J'aimerais que tu ais plus d'attentions envers moi.

Revient à dire : Tu ne fais pas assez attention à moi. (On exprime sa frustration sous une forme masquée.)

On réclame quelque chose plutôt que de révéler le besoin. Exprimer son besoin c'est en quelque sorte se montrer vulnérable, (on peut essuyer un refus).

Cependant c'est le risque à prendre pour arriver à avoir le réflexe de ne pas masquer ses besoins. Pour perdre l'habitude de rendre l'autre responsable de combler nos besoins.

C'est la façon de prendre son besoin en charge, éviter les non dits.

- J'ai besoin d'attentions. N'est pas une phrase explicite, elle sous entends, "j'ai besoin que tu devines quand j'ai besoin de tendresse." "Tu ne m'en donnes pas assez".

Mik.

11:50 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

07/01/2007

Lettres 102 ( fashion)

 ï lövë d&ġCher odi,

 

Grâce encore à toi, je rencontre pas mal de jeunes. En dialoguant avec eux, je suis toujours surpris de l’importance accrue de nos jours de ce qu’ils nomment la fashion.

Etre à la mode ne date pas d’aujourd’hui. L’adolescent qui veut se démarquer du monde adulte, considéré comme ringard, non plus. Il n’a pas fallu attendre le piercing ou autre signe «  à part » pour cela.

Ce qui m’effraie est d’un autre ordre. C’est, et je le notais hier dans les différentes formes d’identification, le matraquage publicitaire qui veut presque faire croire qu’on n’existe pas si on ne porte pas telle ou telle marque, si on n’a pas la coiffure, l’écran ou la console dernier cri. Plus tard ce sera alors la voiture, etc.…

Bref, cette course effrénée à l’identification de porter telle ou telle marque ou d’avoir tel ou tel objet « fashion » pour être considéré comme un VIP !

La reconnaissance sociale s’obtiendrait donc par la possession, plus que par la profession, plus surtout que par la personnalité de l’être. L’apparence deviendrait la clé indispensable du bonheur.

Tout ce qui nous entoure tente en tout cas de nous le faire croire.

On  s’identifie à quelqu’un qui porte tel vêtement, telles lunettes ou emploie telle produit.

Ce que reçoivent les grands sportifs, les vedettes et stars pour la publicité prouve combien cette identification à l’avoir pour être fonctionne à merveille.

Avouons également que si l’adulte critique aisément la jeunesse, il n’a jamais été aussi soucieux de la conserver à travers les artifices des produits miracles…

Les vendeurs d’illusion font leur beurre, tandis que les pauvres cons tombant dans leur panneau s’enlisent petit à petit dans les dérives de la délinquance ou de la dépression.

Personne ne sera Justine Hénin en se lavant au Sanex, pas plus que Johnny en portant des lunettes d’Afflelou , Claudia Shiffer en utilisant l’Oréal, pas plus d’ailleurs que personne ne sera Brad Pit en se musclant bien le torse…

EtoilesLe «  parce que vous le valez bien » sera évidemment d’un tout autre ordre que celui qui veut faire croire au bonheur par le fric et la consommation. Ceux-ci feront peut –être de moi quelqu’un de « fashion », mais vide de vraies valeurs que sont et seront toujours celles de notre capacité d’aimer, de nous ouvrir l’esprit, d’apprendre, de trouver la paix intérieure, de marquer un véritable intérêt à autrui.

Le VIP est et restera évidemment aux yeux d’une majorité, je l’espère, la personne que je respecte pour sont être et pas pour son apparence ou son avoir.

Mik.

 

07:49 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

06/01/2007

Lettres 101 ( mécanismes de défense)

cerveau2

Salut mon ordi,

 

Ah quelle machine, bien autre que la tienne, fonctionne dans notre intérieur !

Nous détectons d’ailleurs mal nos pannes, pas aussi simple à résoudre que les tiennes.

Il n’existe pas de vrais réparateurs pour arriver à nous régler sur le bonheur auquel nous aspirons tous.

Alors, nous employons nos petits trucs pour tenir debout, sans même parfois nous en apercevoir. C’est ce que nos techniciens psy nomment nos mécanismes de défense.

Ainsi, en partageant très peu avec mon ami François son cours de psychiatrie (non, non sont pas tous des cinglés ces gens là), je tentais de comprendre  ce que voulait dire identification simple, primitive et projective. Hé hé, du jargon hein cela. Ben tu as bien le tien toi, cher ordi…

Bref, je vais simplifier un max.

L’identification simple est celle qui consiste à s’identifier à quelqu’un. Ex : en portant le maillot de Zidane, on s’identifie à lui sans savoir qui il est vraiment.

L’identification primitive est celle qui tente de copier, de manger les caractéristiques de l’autre. On voit en l’autre des choses qui pourraient nous convenir et on veut se les approprier.

C’est souvent un signe de faiblesse de notre moi.

L’identification projective est plus subtile. Elle se pratique en 2 temps et est bien plus active.

1er temps : identification à l’autre, style : qu’est-ce que je ferais sans toi. Flatteur mais dangereux.

2ème temps : l’individu se décharge alors sur la même personne de toutes ses raisons d’être mécontent, style : je t’ai pas demandé de m’aider et d’ailleurs tu t’y prends mal ! C’est à cause de toi que je suis dans lé pétrin ! Et paf, voilà les deux complètements à terre… se demandant ce qui peut bien se passer.

Hé oui, cher ordi, toi, tu as le piège des bugs, mais les nôtres sont bien plus nombreux…

Pas facile toujours de voir dans notre moteur de recherche ce qui cloche dans notre vie. Pas de google efficace pour ça !

Bon, en utilisant ou non vos mécanismes de défense (si utiles parfois) bon week-end à vous.

Mik.

 

P.S. Pour les amateurs (comme moi des choses psy dites plus simplement et avec poésie) je ne résiste pas à  mettre ici ce texte de slam du célèbre maintenant Grand corps malade :

Ma Tête, mon cœur :

Le corps humain est un royaume ou chaque organe veut être le roi
Il y a chez l'homme 3 leaders qui essayent d'imposer leur loi
Cette lutte permanente est la plus grosse source d'embrouille
Elle oppose depuis toujours la tête, le coeur et les couilles
Que les demoiselles nous excusent si on fait des trucs chelous
Si un jour on est des agneaux et qu'le lendemain on est des loups
C'est à cause de c'combat qui s'agite dans notre corps
La tête, le coeur, les couilles discutent mais ils sont jamais d'accords
Mon coeur est une vraie éponge, toujours prêt à s'ouvrir
Mais ma tête est un soldat qui s'laisse rarement attendrir
Mes couilles sont motivées, elles aimeraient bien pé-cho cette brune
Mais y'en a une qui veut pas, putain ma tête me casse les burnes
Ma tête a dit a mon coeur qu'elle s'en battait les couilles
Si mes couilles avaient mal au coeur et qu'ça créait des embrouilles
Mais mes couilles ont entendu et disent à ma tête qu'elle a pas d'coeur
Et comme mon coeur n'a pas d'couilles, ma tête n'est pas prête d'avoir peur
Moi mes couilles sont têtes en l'air et ont un coeur d'artichot
Et quand mon coeur perd la tête, mes couilles restent bien au chaud
Et si ma tête part en couilles, pour mon coeur c'est la défaite
J'connais cette histoire par coeur, elle n'a ni queue ni tête
Moi les femmes j'les crains, autant qu'je suis fou d'elles
Vous comprenez maintenant pourquoi chez moi c'est un sacré bordel
J'ai pas trouvé la solution, ça fait un moment qu'je fouille
Je resterais sous l'contrôle d'ma tête, mon coeur et mes couilles.

 

00:19 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/01/2007

Lettre 100. ( Etre philosophe)

Image d'un petit carré blancEst-ce en étudiant la philosophie que l’on devient bon philosophe dans la vie, de la vie ?

Pas nécessairement. Mais après tout on ne devient pas automatiquement bon médecin en ayant bien réussi sa médecine !

Le savoir vivre ne s’apprend pas dans les livres.

Je suis toujours étonné d’ailleurs que notre époque est devenue un peu celle des « experts », sensés, eux, avoir réponse à tout.

Je suis de ceux qui préfèrent, il est vrai, cultiver le doute que les certitudes.

Je reste toujours surpris de ceux qui osent proclamer des évidences.

Toutes les sciences sont si fragiles, y compris celles qui ont magnifiquement progressé.

Les vrais savants sont si rares… et le titre de docte (savant, sage) d’où vient docteur est souvent attribué à des demi savants dont d’ailleurs le célèbre Pascal se moquait déjà en écrivant : «  qu’ils ont quelque teinture de cette science suffisante, et font les entendus. Ceux-là troublent le monde et jugent mal de tout".

Je n’aime donc pas trop les gens qui se donnent des grands airs. Le pire est que de surcroît ils se donnent souvent en exemple.

J’apprends parfois bien plus par des gens dits simples que par le charabia des spécialistes. Et nul n’est à l’abri de dire et de faire des bêtises.

Alors je crois qu’être bon philosophe relève surtout d’une démarche qui est de savoir un peu plus et un peu mieux ce que nous ignorons ou pensons connaître, et surtout de rester prudent.

J’ai vécu aujourd’hui encore un bon moment, celui du partage avec mon mimi. Au fond, les différences d’âge, de culture, de goûts, sont souvent moins considérables qu’en apparence.

Et pour répondre au commentaire me demandant si j’étais plus Aron ou Sartre, je dirais ni l’un, ni l’autre. Tous les deux font partie de ceux qui ont marqué l’histoire de la philosophie et celle-ci fait partie de ce qui peut nous aider à éclairer un peu plus notre pauvre lanterne.

Stop sur mon élucubration déjà trop longue aujourd'hui. LOL.

Je te promets, cher ordi, de tenter de faire des posts courts...

Mik.

22:54 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

02/01/2007

Lettre 99 ( Retour au quotidien)

681_40fa51570f89ba5cc66ee69b1195a50eCher Ordi,

 

Ainsi je te retrouve, fidèle et bon compagnon.

Fini le temps des fêtes, avec pour beaucoup un ouf non dissimulé.

C’est que quand nous sommes dans l’exceptionnel, nous voulons l’ordinaire et l’inverse…

Le quotidien va se réinstaller, avec des moments de joie et ses temps moins joyeux.

Personnellement j’aime le train train quotidien, pour autant qu’il s’anime du bien le plus précieux, celui de l’amitié, de l’amour, de l’amouritié.

J’aime les petites sorties à l’improviste. J’aime une solitude qui me fait découvrir le monde à travers la lecture, la télévision, le théâtre, les petits spectacles.

Et puis, tu es là, cher Ordi, avec ta porte ouverte sur ce que vivent un peu mes ami(e) s blogueurs.

Merci à vous tous qui m’avez souhaité une année heureuse.

Elle a bien commencé chez Mireille, avec aussi le passage d’amis qui me tiennent à cœur, avec le partage familial et la résurrection de personnes qui ne s’étaient plus manifestées depuis longtemps.

J’espère trouver encore un peu d’inspiration pour poursuivre  l’écriture de quelques élucubrations.

A vous toutes et tous, bonne reprise donc de vos occupations multiples.

Mik.

20:56 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

01/01/2007

 Nouvel An chez Mireille.

réveillon nouvel an 2007 006

 

 

 

réveillon nouvel an 2007 026C’était bien

chez Mireille

Quand on faisait la fête

Avec Etienne, Florian, Pascal, Ludo, Juju et Muriel

Que c’était chouette.

 

réveillon nouvel an 2007 019C’était bien chez Mireille

Quand on faisait la fête

Autour des merveilles

Posées sur assiettes.

 

réveillon nouvel an 2007 017C’était bien chez Mireille

Quand la haute gastronomie

Goûte comme le miel

Des grandes amies.

 

 

réveillon nouvel an 2007 016Que ces quelques mots

D’un toujours sot

Te disent Mireille

Tout le ciel

Que tu as donné

Pour l’an nouveau né.

 

Mik.

réveillon nouvel an 2007 027

 

réveillon nouvel an 2007 005réveillon nouvel an 2007 001

réveillon nouvel an 2007 002réveillon nouvel an 2007 008

réveillon nouvel an 2007 009réveillon nouvel an 2007 011

réveillon nouvel an 2007 013réveillon nouvel an 2007 015

 

réveillon nouvel an 2007 021réveillon nouvel an 2007 010réveillon nouvel an 2007 012réveillon nouvel an 2007 022

 

 

Les plats de Mireille...

 

14:01 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

29/12/2006

 Lettre 98. Bonne année 2007

Cher ordi,

 

Souhait1-1cadre

Peux-tu à travers ton écran et la formule simple et figée de « bonne et heureuse année » transmettre à toutes celles et à tous ceux qui passeront ici mon amitié virtuelle ou réelle.

Que l’année qui commence sous le gui soit celle de l’optimisme.

Qu’elle soit riche en amitié, en amour.

Qu’elle oublie les mauvais moments pour ne retenir que les heureux.

Que votre cœur ne cesse de se remplir de désirs et de rêves qui colorent la vie et lui enlèvent toute monotonie !

Et encore plein d’autres souhaits pour revêtir votre fil du temps 2007 de mille, de deux mille, et plus encore, petits moments de vrai bonheur.

Mik .

16:23 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |

28/12/2006

Lettre 97 (Saw3)

Saw 3Cher Ordi.

 

Que te confiez aujourd’hui ? La journée de ce mardi ?

Comme je sais qu’il aime les films d’horreur (ce qui n’est pas trop, moi, ma tasse de thé) je suis allé voir avec mon mimi adoré Saw3.

L’horreur totale de jeux plus cruels et plus machiavéliques les uns que les autres (les nôtres avant avaient été d’un tout autre genre !!!lol.).

Vivre ou mourir, voilà qu’il faut choisir. L’homme pour sauver sa peau est-il prêt à subir ou à faire subir toutes les cruautés ?

Film à interdire aux âmes sensibles ! Etonnant de voir le succès de ce genre d’atrocités où le sang coule et éclabousse le grand écran. Tant que ce n’est que sur l’écran…

La mise en scène, la musique est bonne. Les gros moyens dont dispose le cinéma américain sont là.

J’aurais préféré voir un film mettant en valeur des sentiments plus nobles.

Mais après tout, ce n’est que de la fiction. J’espèce que l’amitié, l’amour, eux, ne font pas partie de nos fictions !

On pourrait parfois en douter lorsqu’on voit les jeunes (pratiquement tous des jeunes dans la salle) se laisser fasciner par ce genre de films qui procure des frissons. Personnellement je préfère d’autres.

Mais depuis que nous sommes petits et depuis tout temps, l’enfant, l’homme a toujours aimé quelque part se faire peur !

Après cet intermède cinématographique, je suis allé le soir accueillir ma sœur et mon beau-frère. Ils viennent passer quelques jours chez moi. Liège les change de la Côte belge où ils habitent et me reçoivent toujours très très bien.

Du coup, cher ordi, je  te serai un peu plus infidèle et trouverai moins de temps pour aller saluer mes ami(e) s de la blogosphère et du cœur. Dis leur bien que je ne les oublie pas pour autant.

Mik.

00:23 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |