mik dupont UA-70672535-1

22/11/2006

Lettres 68 ( Lui et le monde...)

Cher ordi,

Bien avant que tu n’existes, j’ai fait partie de ceux qui veulent changer le monde. Toujours et encore, je m’y intéresse à ce monde, suivant d’assez prêt son actualité. Tu m’y aides d’ailleurs. Je ne peux le voir indifféremment, en sachant que mon intérêt ne change rien à sa marche si chaotique.

Quelques petits gestes peuvent juste être une goûte d’eau dans la mer, ainsi que par exemple favoriser le commerce équitable.

Puis, il y a ces petits gestes quotidiens. Un bonjour. Un sourire.

Mais qu’est-ce que tout cela, dans toute la misère qui nous entoure ?

Ce qui se passe chez WV indique une fois de plus un monde où l’économie domine tout, en oubliant l’humain.

Puis, moi,comme tout le monde je crois, je m’intéresse essentiellement à ma petite vie et à celle de mes amies et amis, en sachant pourtant que celle-ci dépend aussi, en partie, des petits et grands événements qui nous entourent.

Et ma vie, pour le moment, est toute envahie par cette amouritié qui m’offre la joie d’une sensibilité profonde.

Pas toujours facile d’en parler sans heurter ceux qui trouveraient cela facilement immoral.

Mais, il y a les amis, chez qui je peux ouvrir mon cœur, comme Muriel et Ludo, qui hier m’ont encore si gentiment fait partager leur table si chaleureuse. Et cerise sur le gâteau, Muriel m’a tourné une machine de pulls qui avaient besoin d’un bon petit lavage !

Amusant aussi de créer avec Muriel ce petit montage d’un regard qui représente le meilleur de mon monde ces derniers mois.

Merci à eux.

Mik.

mimi

 

00:08 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

21/11/2006

Lettre 66 ( séduction)

Cher ami ordi,

Hier on a encore beaucoup parlé de toi sur notre RTBF, à propos du débat sur la séduction.

Vrai que je t’avoue ne pas avoir vu les invités comme très séducteurs. Mon jeune ami me disait, avec justesse, que c’est toujours les spécialistes qui ont le plus à apprendre !!

Je reste persuadé que les plus grands séducteurs ou séductrices sont de toute façon celles et ceux qui ne veulent pas séduire…Sans pour autant ne pas veiller à un minimum de présentation et de soins.

Séduction par le net, voilà qui est bien de notre époque.

Mais vrai aussi, mon cher ordi, que tu ne seras jamais qu’un support de rencontres et que les premiers pas que tu nous fais franchir devront toujours être suivis d’un face à face, yeux dans les yeux !

Et je me souviens de cette première rencontre avec mon amouritié, de mon attente dans la voiture en me disant : viendra, viendra pas ?  lapin ou pas lapin ?

Et il a osé venir ce jeune avec lequel je dialoguais sur net depuis quelques mois.

Indéfinissable sans doute ce qui nous séduisait. Sans doute moi sa jeunesse, sa tête un peu vue en cam et en photo, mais j’en connaissais, moi le libertin, des minets et des beaux et des jeunes !! Mais lui, étrange, avait ce que les autres n’avaient pas...

Et pour lui, je ne sais toujours au juste ce qui a fait qu’il accepte la rencontre avec ce vieux à la tête de prof en retraite !

Nous voulons tout coder de nos jours.  Nous croyons plus que jamais au look.

Et bien moi, plutôt que d’aller me faire « relooker », je préfère jouer la sincérité des sentiments. Eux ne se laissent pas maquiller si facilement au risque d’être vite démasqués.

La séduction ? La meilleure reste d’être soi-même. Ce que l’autre aimera toujours ( ou pas) c’est ce que je suis et non ce que je veux être ou paraître.

Mik.

00:09 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

20/11/2006

Lettres 65 ( escrocs de dieu)

Cher ordi,

Je ne sais si tes collègues reçoivent comme toi des tas de mails provenant principalement d’Afrique où des fortunes cachées veulent se faire partager.

Amusant de voir ces lettres surréalistes d’escrocs imaginatifs qui pensent par leurs contes naïfs abuser de la crédulité d’internautes.

Ainsi ce dernier d’une femme qui se dit au seuil de la mort et ne vouloir partager une somme de 5,6 Millions de dollars déposée dans une banque à Abidjan en Côte d’Ivoire, qu’avec quelqu’un de chrétien !

Les détails sont croustillants et dignes d’un véritable gag !

Idem aussi de ces mails annonçant que tu as gagné le gros lot à des loteries imaginaires…

Les fous de Dieu se trouvent partout, les fous d’argent aussi.

Et moi, je ne reste fou que d’amour et d’amitié, parce que là se trouve le plus gros trésor qui soit.

Et en plus, ne voilà t'il pas que des amitiés me font faire des économies dans mes petites courses. Et oui, merci Muriel, de venir me prendre pour faire mes petites provisions là où les prix sont supers intéressants.

Quand je vous disais que l'amitié est la loterie où vous êtes toujours certains de gagner!

Mik.

S80016571

10:22 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

19/11/2006

Lettre 64 ( quand il part...)

Mon ordi, 

Oui, oui, je ne te remercierais jamais assez de m’avoir mis en contact de hasard avec celui qui me rejoignait, une fois de plus ( hé hé, cela fait 4 semaines de suite) ce samedi midi.

Il est des moments où  le plein de tendresse qu’un être vous apporte vous garde sur un petit nuage. Et quand il part, il n’y a pas de tristesse parce qu’il me quitte heureux.

Quel bon après- midi encore ! Il est pourtant parti, début de soirée, vers d’autres recherches, celle de son âge en quête d’une fille qui lui offrira certainement un jour la différence d’un autre attachement et la fougue amoureuse.

Et sur le quai n°5, je voyais ce train me l’enlever toujours trop tôt.

Il dansera la nuit dans les vapeurs et la musique d’une discothèque qui n’est plus de mon âge.

C’est qu’il est beau mon mec qui ne sera jamais vraiment à moi seul. Dire que cela ne me touche pas, serait mentir. Pourtant, j’apprends dans une douce quiétude à accepter qu’il soit  aussi un jour à une autre. Peut-être parce qu’aujourd’hui, il a réussi à me donner cette assurance d’une relation privilégiée qui n’est pas prête de disparaître, gommée par une autre.

Je veux y croire, comme à un rêve qui se prolonge.
Merci à lui de m’apporter sa joie de vivre, son insouciance, sa simplicité, de m’offrir sa beauté grandissante.
Et dire que ce matin, deux dames sonnaient à mon appartement. Elles me disaient au parlophone : «  Monsieur, cela vous intéresserait-il de nous entendre parler de la souffrance qui va arriver à notre monde ? »

J’avais vite fait de leur répondre : « Non Mesdames, moi je suis heureux et plein de joie vivre ! ». Elles n’ont pas insisté, me proposant de déposer une petite brochure dans ma boîte aux lettres, ce que j’ai dit inutile…

Mais quoi donc ! Non aux colporteurs de tristesse… Je préfère, surtout aujourd’hui, vous communiquer ma joie, espérant qu’elle sera aussi en vous, si ce n’est aujourd’hui, peut-être demain. En tout cas elle arrivera, parce qu’elle est en vous. Et le jour où risquerait de s’installer chez moi une tristesse, rappelez-moi surtout, que la joie ne s’éteint jamais.

Il suffit d’aller ranimer en soi sa flamme qui se glisse trop souvent en veilleuse.

Mik.

00:37 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

18/11/2006

Encore un beau samedi

barbe

( Texte inspiré de la chanson de P.Kaas)

 

Je lui dis qu’il est beau

Que je n’attendais que lui

Je lui dis qu’il est beau

Lui, lumière de ma nuit

 

Et dans mes rêves j’y crois.

Quand du train du samedi

Il vient vers moi

Pour embellir midi.

 

Je lui dis qu’il est beau

Qu’il est mon roi

Espérant que ce greco

Toujours y croit.

 

Ses mains me frôlent et m’entraînent

C’est beau comme du cinéma

Plus de peine, de trahison

Mon scénario n’en veut pas

Je lui dis qu’il n’est pas con

Et riche de lui, j’ y crois

Hmm, pauvre de moi, j’y crois !

 

Bon w.e à vous.

 

Mik.

10:27 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

17/11/2006

Lettre 63 ( intérêts personnels et collectifs)

france-election-2007Cher ordi,

 

Tu connais mes intérêts pour la chose publique, parce qu’elle touche chacun d’entre nous dans son quotidien, dans sa petite vie, dans son bonheur ou son malheur, dans son portefeuille, dans sa culture, dans sa vie individuelle et sociale.

Je t’ai bien évidemment abandonné pour suivre « à vous de juger » sur ant2.

Si la France n’est pas la Belgique, les problèmes sont évidemment assez semblables.

Je ne vais pas cassé la tête à mes fidèles lectrices ou lecteurs qui, en général, me disent ne pas aimer la politique.

J’ai entendu encore le grand fossé qui sépare ce que vivent les gens et les réponses toujours assez globales des responsables politiques.

Sans vouloir simplifier à outrance des problèmes complexes, je retiendrais :

-  l’injustice entre les revenus de l’argent et les revenus du travail. Est-il normal que les actionnaires de Carrefour voient leurs dividendes augmenter de plus de 5% en un an, alors que le salaire des travailleurs n’est que 1,8% (si j’ai bien compris).

- l’augmentation des revenus des riches ne relance pas l’économie et la croissance, mais la consommation est bien relancée quand les petits revenus se voient augmentés.

- que l’idée de croire que diplôme = emploi n’est plus juste et qu’il faut veiller à des formations professionnelles dans tous les enseignements.

- de dispenser les petites entreprises des charges sociales sur les deux premiers employés soulageraient bien des petits indépendants en difficulté d’étranglement taxateur.

- que le flux migratoire ne sera jamais vraiment maîtrisé, si ce n’est par diminuer l’envie de venir chez nous par des politiques qui réduiront les écarts entre pays pauvres et riches.

Voilà quelques pistes qui répondraient sans doute à bien des conditions qui favoriseraient notre bien-être qui veut que l’économie soit au service de l’homme et pas l’inverse comme cela a souvent été et le devient de plus en plus.

Alors ? Cap à gauche ? Je ne sais, mais, en tout cas, pas de cap sur les menteurs de l’extrême droite et pas de cap sur ceux qui placent en priorité l’individualisme capitaliste.

Alors ? Une femme à la présidence de la république française ? Pourquoi pas ? Moi, je crois au regard différent de la femme politique, pour autant que cette femme garde sa féminité, ce qui n’est pas toujours le cas !!

Mik.

Deux de mes "Ségolène Royal" pour qui de suite je voterais à la présidence de ma république!!

mumu

 

MAIS EN CE 17 NOVEMBRE, JE PENSE SURTOUT A QUELQU'UN QUI EST FORT DANS MON COEUR !

anniversaire1

 

00:43 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

16/11/2006

Lettre 62

Cher ordi,

Et oui, toujours pas beaucoup d'inspiration. Heureusement, tu es là, mon ordi, et en un clic sur ton clavier je trouve petite pensée que je partage et vous fais partager...

«Il y a des gens qui prétendent qu'il n'y a pas de vie après la  mort, dit un disciple.

C'est vrai? demande le Maître, évasif.

Ne serait-il pas affreux de mourir et de ne plus jamais voir, ni entendre,  ni aimer, ni bouger?

Vous trouvez cela affreux ? Mais c'est précisément cela que la plupart des gens font  avant de mourir.»

A.de Mello.

09:11 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/11/2006

Lettre 61

Salut mon ordi,

Et bien aujourd’hui ce sera page blanche. Et oui, cela arrive de n’avoir rien dire.

Pourtant, plus de difficulté à te faire démarrer, depuis que mon pote Greg est passé pour veiller à ta santé d’allumage ! Tout est réglé.

Mais en te saluant, je ne voudrais pas oublier toutes celles et tous ceux qui devant ton écran, viennent me saluer.

Bonne journée ou bonne soirée à vous que le hasard ou l’amitié fait que vous passiez sur le sentier de mes élucubrations diverses.

Tant de visites (bientôt six mille depuis qu’en juillet j’ai commencé à t’écrire), pour si peu de commentaires, voilà qui parfois peut poser interrogation.

Aujourd’hui, je me sens bien dans ce petit temps de silence, en train de goûter en secret tous les bienfaits de « l’amouritié. »

Mik.

08:55 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

13/11/2006

Lettre 60 ( itinéraire de coeur)

Kikou mon ordi,

 

Campagne cévenoleDans mon itinéraire, pourtant pas encore si long, j’ai vu les téléphones à manivelle. Je me souviens de la voix de la téléphoniste qui branchait toutes les fiches du numéro que papa voulait appeler. Et te voilà, toi, ordi, bien loin et pourtant au fond pas si éloigné de cette époque révolue.

Devant notre première télévision, déjà nous nous asseyions pour regarder la mire avant que le monde en noir et blanc n’apparaisse sur le petit écran magique. Et je me souviens, avant qu’elle ne soit à la maison, avoir  été souvent la regarder chez les parents de mon pote Godin l’entarteur, déjà un peu déjanté.

J’ai eu mon premier téléphone de voiture, avec cette énorme valisette de captation dans le coffre et des antennes relais peu performantes.

Que de bouleversements en quelques années. Que de progrès techniques dans une vision des choses devenue universelle.

ChapelleEt le cœur, lui ? Il a aussi parcouru son itinéraire de jour, de nuit, de terre et de ciel. Certains me le diront chaotique, d’autres riche. Oh, il a bourlingué ce cœur. En féminin et masculin. En fidélité et infidélité. En peur et en courage. En rage et en douceur. En incertitude et en sécurité.

J’ai cru parfois le voir usé par tant de courses, de marches, de fougues ou d’arrêts. Pourtant chaque fois, il est reparti dans la joie de battre encore pour un regard, un baiser, une caresse, un rire, un pleur, une main posée sur son épaule. Il a partagé tant de pensées comprises ou incomprises.

Il a connu la chaleur des présences et la froideur des absences. Jamais, il n’a perdu ses espoirs, ses rêves, ses élans.

A chaque étape de sa route, il a pu trouvé celui ou celle qui savait le faire carburer.

De stabilité il ne connut que celui d’être papa et papy.

Aujourd’hui, je ne veux point le mettre au repos ou le laisser vaquer dans la nostalgie des moments passés heureux ou malheureux.

Automne au québecUne fois de plus, il s’est réveillé pour nouer jeunesse et vieillesse, pour recevoir nouveau sang et bouillonner pour jeune beauté.

Quelle chance il a eu ce cœur baroudeur ! Quelle chance il a encore à son automne de vie. Jamais, je ne voudrais qu’il connaisse l’hiver en dehors de son cimetière.

A vous qui passez ici, sachez que rime mal, à mes yeux, amour et institution, même si je connais exception.

Libertin ou pas, je sais la beauté de l’éphémère que nous gardons en nos cœurs. Faut-il se déchirer quand les moments heureux s’envolent à la recherche d’autres cieux ?

J’ai pourtant peur encore et toujours que le super aimé d’aujourd’hui ne quitte l’émoi de mes jours présents.

J’arrête ici cette élucubration cardiaque, me souvenant que beaucoup me disent être trop long dans la prose du courrier que je t’adresse, cher ordi confident !

Mik. Boire et conduire

23:29 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

12/11/2006

Lettre 59 ( Rencontre blogueurs)

 

S8001462blog

 

Cher Ordi,

Tu étais encore la source des rencontres de cet après midi.

Sous la houlette du maître blogueur de l’amour et de l’amitié, nous nous retrouvions au bord d’un petit lac de Waremme. C’est là que le petit monde de la blogosphère se retrouvait. Nos n’avions pas pris de cannes à pêcher et n’étions armés que de notre sourire et de la joie de revoir des visages bien connus ou moins connus. Venus, comme toujours d’un peu partout, nous partagions un bon petit repas sous les flashes crépitants des appareils numériques voulant fixer le moment des retrouvailles.

Comme toujours, la bonne humeur régnait, faisant oublier, j’espère, pour les uns ou les unes, les petits ou grands soucis de la vie.

Afin de n’oublier personne, je ne citerais aucun auteur des blogs que nous parcourons régulièrement, en partageant les passions, les anecdotes, les amours, le quotidien et l’humour des unes et uns.

Il est bon de passer du virtuel ou réel. Les blogs deviennent alors plus humains, plus chaleureux et prennent la couleur de la franche amitié.

Merci à toi Jice d’avoir organisé cet après midi très réussie.

Merci à vous, à votre sourire, à votre bonne humeur, à votre attention de ces moments d’échanges qui font tellement de bien et prouvent que la communication actuelle de ce nouveau moyen informatique est autre qu’anonyme, froid et sans cœur.

Mik.Rencontre Waremme 12.11 (47)

 

 

PICT0030

 

mike et martine

 

Rencontre Waremme 12.11 (69)

 

Pour les amateurs d'humour: attachez vos ceintures et allez sur le blog qui déblog

http://koleg.skynetblogs.be/

22:13 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |