mik dupont UA-70672535-1

06/09/2006

 lettre 8

Bien le bonjour mon ami ordi.

 

Encore une journée de passée. De nouveau avec toi, mais moins de temps que d’habitude encore.

Dis as-tu bien enregistrer la rencontre des blogueurs du 24 septembre au Mexican Grill Barbecue de Uccle (782 chaussée de Waterloo) pour un repas  boissons à volonté, le tout offert par Skynet :-)

Tu m’as permis de voir que pas mal d’amies et amis étaient déjà inscrits. Faut se dépêcher. Clôture inscriptions déjà vendredi.

http://toutsurles.skynetblogs.be/?date=20060904&unit=...

 

Bonne nouvelle. Comme celle de cet ami (indice pour mnb, il n’est pas gay et en recherche d’une belle miss ! lol) qui a réussi ses examens de passage.

Ah oui, dans les moments qui m’écartent de toi, cher ordi, j’ai osé regarder (un peu) le jeu des boîtes avec Arthur sur TF1. Quelle bêtise ce truc. Complètement débile. Culture générale : zéro.

Je n’avais encore jamais vu.

Dis, entre-nous, cette chaîne française est la championne dans le ramollissement de cerveau des téléspectateurs. OK, on a besoin de divertissements. Je ne crache pas dessus, y compris les petits potins du monde des paillettes qui font miroiter les faux bonheurs, mais trop c’est trop.

Mais ne te vante trop vite non plus toi. Tu ne vaux des fois pas mieux, en te reliant à des tas de sortes de consoles de jeux tout autant débiles.

Ah, ces dignitaires « Endemol » et Cie ont remplacé les dignitaires romains qui offraient les spectacles de l’arène. On connaît la formule : « du pain et des jeux ».

Tf1 (et c’est pas seulement cette chaîne) étale une richesse et offre le rêve aux participants de jeux de gagner gros (bien moins évidemment que ce que ceux-ci rapportent aux dignitaires commerciaux).

Et voilà qui endort les citoyens et comme au temps antiques maintient le peuple hors des vrais débats de société.

Je t’entends déjà me répondre que j’exagère. Tu as un peu raison, mais, faut avouer qu’il y a de cela.

Alors ce qui me tape sur le système, ne t’avise pas de trop imiter cela, c’est le prétexte philanthropique.

Dis donc, mon ami ordi, ne tombe pas aussi dans le panneau de l’audimat, tu risquerais  alors de connaître tes amis en superficialité.

Bien, mon petit coup de gueule est lancé. Tu m’ y aides bien.

@+

Mik.

06:42 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

05/09/2006

lettre7 ( R.A.S.)

Hello mon pc !

 

Pas de longue bafouille ce matin. Eté occupé avec toi, mais à des trucs et machins qui n’intéressent pas grand monde.

Te dis simplement que tu dois veiller à ton orthographe, car parfois tu veux me corriger des trucs de ta plume Word et tu te plantes sur les conjugaisons…

Un de mes amis ( très chou) a osé dire que tu n'étais que une machine ! Grrrrrr, moi qui te personnalise.

J’ai été voir pour lui quelques conseils de mannequinât. Non, t’inquiète, moi mannequin c’est foutu. Mdr.

Bien, sans faute, demain, je t’écrirai un peu plus !!

@ demain.

00:18 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/09/2006

 lettre6

Coucou, cher ordi !

 

Je ne t’ai pas trop abandonné aujourd’hui.

Un peu pour reprendre les débats politiques du dimanche midi. Plus fort que moi, j’aime écouter ceux qui sont sensés nous gouverner.

Oh, putain, j’en ai marre des responsables qui tombent dans l’émotioncratie du moment !

Un peu de recul SVP. Vous êtes là pour autre chose que pour amplifier une opinion publique changeante et émotive.

Ok, mon ordi, je vais pas t’emmerder avec cela. Mais tu avoueras, je l’espère, qu’on attend autre chose de nos responsables.

Hé hé, cela m’amuse aussi de les entendre parler de notre bonheur !! Comme si la politique pouvait nous l’apporter. Qu’elle nous apporte un peu plus de justice distributive de fric et veille mieux à notre environnement, ce serait déjà pas mal.

Alors, zut, qu’on laisse les petits mots comiques à des zigotos comme moi. La maladie des langues bleues, le cartable avec compte épargne et une orange et j’en passe, laissez cela mesdames, messieurs aux «  Kroll » et cie, mais que vos dites « universités d’été » ne se transforment pas en bacs à sable de potaches rouges, bleus, orange, ou verts !

Ok, ok, j’arrête sur ce sujet, mais plus fort que moi souvent.

Si tu ne t’occupes pas de politique, elle s’occupe de toi tu sais !

Sinon, tu as bien vu, la journée en ta compagnie a été calme.

Tu m’as assuré, comme d’habitude, d’une petite liaison avec quelques potes. Les habitués de ton clavier.

J’ai vu que Martine était en forêt noire. Dis, j’espère qu’elle va pas nous ramener un ours !

Dis, tout compte fait, le tour du pays des blogueurs nous apprend autant sur la vie des citoyens que les questions vaches et simplistes de certains journalistes.

Voilà ma petite bafouille de ce dimanche, mon ami.

@+

Mik.

00:33 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

03/09/2006

lettre5 ( retrouvailles.liége)

 

Kikou mon ordi !

 

Nous ne sommes pas trop vu aujourd’hui.

Que veux-tu, nous ne pouvons pas toujours être ensemble, même si tu es un compagnon fidèle.

Je suis allé un peu me balader avec mon ancienne voisine dans un  grand parc liégeois (La Boverie). Une espèce de grand marché, comme celui de la célèbre Batte. Mais on y vend pas des fruits, légumes, fringues, etc. Non là c’est la vie culturelle, associative, sportive qui s’expose. Plus de 220 stands.

Dis donc, t’es vraiment pas seul sur le marché du temps libre.

Je me demande toujours comment des gens peuvent s’emmerder chez eux, quand je vois le nombre d’associations en tout genre qui existent, allant de la musique à la peinture, de la généalogie à la danse, au théâtre, etc... Bref un peu de tout.

Et dire, pour ne citer que les loisirs des dits 3 x 20, que certains n’ont que le goûter bébête avec le morceau de tarte. Moche, alors qu’il existe tant de trucs à découvrir d’intéressants, à tout âge.

Je n’ai pas vu de stand de blogueurs. A créer, qui sait ?

Je me suis bien marré en croisant pas mal de candidats aux prochaines élections communales.

Grands sourires. Tu les vois en temps d’élections, après tu ne les vois plus.

Tu sais mon ami que j’ai souvent traîné ma pomme dans ce monde peu bandant.

Libertin comme je suis, rien à faire, je préférerais toujours les érections aux élections !

Bien, grâce toujours à toi, j’ai trouvé le temps de rendre une petite visite aux amis et amies blogueurs. Pas tous. Impossible.

Puis, tu m’as mis en contact avec mon chouchou. Chuuuuuuuuut. Il me plait toujours autant !

Et tandis que je vante la jeunesse, c’est le grand-père d’un ami qui s’en allait rejoindre le mystère de l’après vie. Je devine sa tristesse. C’est que ça compte les grands-parents.

Je ne crois pas que dans l’au-delà, qui pour moi est simplement une fin sans suite, il existe des ordis comme toi mon ami. Enfin on ne sait jamais…

J’en appelle aux saints blogueurs du ciel ou aux moins saints se chauffant aux flammes de l’enfer, faites-moi un signe !

Vous imaginez une nouvelle forme d’apparition ? La sainte vierge illuminant le blog d’ange ou de nanar ? Ou encore Jésus présentant sa croix sur le blog d’un instant ! Ou encore Saint Joseph vantant les mérites des prières chocolatières de manu-reva !!!

J’arrête mes conneries.

@ +, mon ami.

Mik.

00:43 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

02/09/2006

Lettre 4 ( Star Ac)

Mon chéri d’ordinateur,

 

Va falloir t’y faire, mais je devrais te quitter quelques heures durant quatre mois.

Oui, la Star Ac recommence et je suis « fan » de cette émission.

Tu vas me traiter de con ? Tu as raison. C’est un peu surfait, strarss et paillettes.

Hier donc, après la grande joie de m’être remis, encore grâce à toi, en contact avec un de mes adorés, parti en vacances en Turquie (beau comme le soleil là-bas) ; après avoir appris la bonne rentrée scolaire de ma plus adorée encore petite fille en deuxième année, je me suis réjouis de te quitter vers 21h pour l’autre écran. A croire que j’ai l’âge mental de la petite !

C’est ainsi. La machine de ce show est gigantesque. Elle pue le commercial à en crever. On te fabrique en quelques mois une star, comme une vulgaire savonnette. Durera longtemps ou pas. Plus souvent éphémère d’ailleurs ce vedettariat artificielle et médiatique. Je le concède.

N’empêche, tu as beau mettre le plus bel emballage cadeau sur quelque chose de merdique, ça ne réussira pas à convaincre ton invité de la beauté de ce que tu offres.

J’ai été bluffé par la qualité des élèves retenus. Déjà de fameux musiciens et des jeunes qui ont galéré dans le monde ingrat de la chanson. Du talent, il y en a. Du boulot aussi. Ils paraissent habitués déjà à cet effort et ascèse indispensables.

Rigolos les montages de présentation. Vraiment on vit dans le siècle de l’émotion (un peu puérile parfois). Tout compte fait, mieux cela que la violence.

On te filme des embrassades et des larmes à l’œil qui émeuvent les midinettes et la ménagère de trente 30 ans !!!

Mais tout cela est bien dosé, étudié et la production drague large.

Si tu ne regardes que ce type d’émission, tu as de quoi te ramollir le cerveau.

Tu es cent fois plus intéressant, toi mon chéri d’ordi. Enfin, si on emploie bien toutes tes possibilités et ta documentation immense. Avoue cependant que tu abrites aussi de fameuses conneries !

Tu n’as pas vu toi. Moi j’ai vu la vacherie avec la Magali, la dernière gagnante qui a fait un flop commercial. Une brève apparition, deux mots et hop on te la noie dans le groupe !

Mais tu le verras, puisque, tout cela va s’enregistrer dans ta mémoire.

Moi je ne te prends pas pour une machine à sous. J’en connais d’autres…

Bon, ma petite bafouille suffit pour ce jour. Sinon tu seras le seul à la lire.

Vais pas t’embrasser, mais je dis de tout cœur à demain, mon chéri d’ordi !

Mik.

 

NB. Tu sais que Ange   est revenue sur les blogs ? Enfin je te le dis, mais je crois que tu as déjà été lui rendre une petite visite.

00:45 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

01/09/2006

lettre 3. ( rencontre Oteppe)

Salut copain ordi !

 

Et oui, pas mal de blogueurs t’ont délaissé hier à 19h. Certains t’auront été infidèles et auront sans doute vite regretté ce court abandon. Moi, je m’en doutais un peu. Je connais un peu ce type de reportage. On filme une heure et les gens du métier doivent en tirer une ou deux minutes. Ainsi, imagine que en trente minutes, par exemple, au journal télévisé, tu es sensé connaître ce qui se passe dans ton pays et dans monde. Dingue, et tu crois connaître…

Bon ne râle pas mon pc. Ton serviteur a pu dire quelques mots, comme d’autres, tout particulièrement la jolie dame en rouge et noir : manureva !

Hé hé, je te l’avais dit les bizarroïdes pseudos. Toi t’es spécialiste. Tu les repères, mais le commun des mortels, pas facile toujours.

Et voilà, moi, je trouve que le reportage montre bien un nouveau mode de communication qui a encore de l’avenir. Bien aussi de montrer que ceux derrière un truc anonyme (pardon ordi,  je te personnalise, moi) veulent aller au-delà et créer des liens autres qu’à travers tes collègues.

Rien ne vaut un bisou, une poignée de main, des yeux qui se regardent, un fou rire franc. Tu le sais toi, même si tu vois des visages (des fois plus, mais chuuuuuuuuuut) derrière les petites cams !!

Tu as beau mettre en mémoire ce que nous écrivons, ce que nous regardons, rien ne vaut jamais le contact. Le vrai. A quand des touches sensitives chez toi mon cher PC.? Hmmmmmmmmm.

Bon, j’ai l’esprit mal tourné, je le sais et je le confesse. Je fantasme là. T’imagines le fameux bordel que cela pourrait devenir, avec transmission épidermique, voire spermatique !!! Insémination via blog !!

Ok, je vais rester sérieux, promis, enfin je vais essayer. Pas évident.

Avoue que tu m’as également fait faire des rencontres autres que celles d’Oteppe, des moins sages… Je t’en remercie d’ailleurs ! M’entretenir ainsi en démon coquin me convient parfaitement. J’aime mon esprit libertin. Enfin pas que l’esprit d’ailleurs…

Pour conclure cette courte lettre, je voudrais que tu transmettes toute mon amitiés aux blogueuses et blogueurs, aux sages et aux moins sages, à ceux qui vivent la joie de vivre et aux autres qui souffrent ou sont parfois mal dans leur peau et à qui tu offres souvent un moyen de sortir de l’isolement. L’air de rien tu peux aussi être à ta manière assistant social, copain, ami, et que sais-je encore…

Je t’adore, tu es souvent d’un grand réconfort.

A+, PC chéri.

Mik.

P.S. En dessous ou dans colonne gauche le reportage rtbf.

00:12 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

31/08/2006

2ème lettre.

Salut, mon pote de pc,

 

C’est parti. Je te rejoins à nouveau par ce petit écrit.

Tu sais qu’aujourd’hui on va encore parler de toi. Si, si, enfin c’est annoncé à 19h sur la chaîne de la RTBF, sur la Une (bien qu’elle est souvent en seconde). Oui, on ne va pas parler directement de toi, mais de ceux que tu fréquentes.

Quelle affaire, c’est qu’ils ont des noms un peu bizarroïdes tes copains et copines. Des pseudos amoureux, des anges (fou ce qu’il y en a – même que j’adore un qui a des secrets- moi le démon !).

Tu en as qui osent se nommer érotica, d’autres qui se prennent pour un pays – comme norway- ou encore des noms d’animaux. Incroyable, tu as des nanars, peut-être aussi des babars. Tu en as une qui se dit même l’instant. Peut-être que je vais connaître celui ou celle qui se nomme éternité. Puis tu as des trucs super compliqués comme farmanybule ! Celle-la, elle demande même ce que tes hôtes font avant de baiser.

Il y aussi la coco, amie d’une autre qui se dit carapace (solide cette couverture pour une qui s’appelait petite chose fragile). De quoi s’y perdre, comme la manureva à Bora Bora.

Bref, je ne vais pas te citer tous les noms de cette bande que tu connais bien, mieux que moi d'ailleurs.

Je sais, tu m’as dit un jour que tu avais parfois peur en face de chiens et de chats doux qui envahissent tes fenêtres.  Sont si gentils pourtant. Demande à Martine.

Ah oui, il y en a un qui expose des h aussi…et qui fait ch... d'autres cdh (  pas des disquettes hein). C'est assez gay!!!

 

Tu sais, vrai que je suis un peu ta belle-mère, mais ne te plains pas, vas voir celle dont parle une belle-fille sur un de tes sites. Pire que moi.

Me réjouis de voir et surtout d’écouter ce que cette bande a pu chanter pour un autre écran que le tien. Oui, oui, te voilà un peu trahie, il ont blablaté chez une famille concurrence. Toujours la même chose, à peine de dos tourné, il commettent des infidélités face à l’autre portable qu’est la caméra.

Juste, tu n’es  pas portable, mais dans ta famille, j’en connais qui se déplacent plus que toi.

Voilà, tu vois dans quel pétrin tu me places, autre que celui du boulanger que j’ai rencontré là samedi !

Si je ne t’avais pas connu, mon pote de pc, ben je n’en serais pas là.

Bon, ne t’inquiète pas. Je ne t’en veux pas trop. Vrai que grâce à toi, j’ai même rencontré un cœur d’enfant venant d’outre-atlantique pour animer un peu les nôtres et les faire se rencontrer.

Puis, mais ce serait trop long d’écrire ce jour sur ceux que tu m’as fait connaître. J’y reviendrais quand j’aurais plus de temps. Il y en a tellement.

Je te laisse un peu, bien que je ne te sache pas loin, comme toujours.

A demain.

Ton fidèle ami.

Mik.

P.S. N’oublie pas c’est la journée aujourd’hui de tous ceux qui bloquent sur tes collègues

 

 

Les photos sont de Mireille: http://instant.skynetblogs.be/

 

 

00:21 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

30/08/2006

 1ère lettre

Cher ordinateur,

 

Voilà c’est fait. J’ai décidé de t’écrire de temps en temps.

Faut dire que l’air de rien tu occupes une bonne partie de ma vie.

On se connaît depuis quand au fond ?

Je ne me souviens plus exactement. Je sais qu’on s’était rencontré quelques fois, il y a déjà pas mal d’années. A cette époque, tu m’aidais seulement à rédiger un peu de courrier. Et oui, tu avais pris la place de ma vieille amie qui s’appelait Remington je crois. Elle jouait du même clavier Azerty que toi, mais sa musique était devenue bruyante et plus très à la mode avec ses partitions en rubans rouges et noirs.

Toi, tu étais bien plus moderne, plus jeune. Naturel alors que je sois attiré vers toi. Tu me connais, j’ai toujours aimé toucher la jeunesse de mes doigts. Avec toi, j’en suis hélas toujours resté à deux.

Puis avec le temps, tu m’as fait découvrir d’autres richesses. Tu voulais m’inviter à voyager un peu plus.

C’était quand cela ? Je crois me souvenir que ça date de 1999. Que le temps file. Quoi déjà 7 ans ? Tu m’en as fait voir l’air de rien, avec ton jargon étrange. Oui, j’ai commencé ma relation avec toi sur le un truc nommé Word., ce machin que déjà mes secrétaires de l’époque employaient, sans toujours taire les secrets que fatalement tu lisais, coquin !

Très vite alors tu m’expliquais que pour mieux te connaître, toi et toutes tes relations, je devais apprendre à surfer. Tu parles de surfer, mais sur quelle mer.

La planche de marque explorer, achetée chez Microsoft (fameuse boite dont le patron mériterait décoration mais aussi entartage de chez Godin pour fortune vraiment trop colossale en écrasant tous ses concurrents), me faisait voguer dans tous les sens, avec en lame de fond des www auxquels j’y pigeais pas grand-chose.

Bon ok, je pratiquais moins ce surf qu’aujourd’hui. En plus fallait se taper pour mieux faire connaissance avec toi des conseillers qui eux jonglaient et faisaient des pirouettes dans un langage où je ne pigeais rien.

Sacré Ordi. Tu m’as bien eu. Tu t’es imposé à moi au point de devenir un compagnon osant sans vergogne prendre bien pieds chez moi.

Tous les matins maintenant, je commence ma journée par devoir te réveiller. Vrai que un petit coup de pouce et te voilà vite allumé pour la journée. Tu t’éveilles même avec une courte musique que je connais par cœur, puisque toujours la même.

Je te fais remarqué gentiment que ces derniers temps, je ne sais si parce que tu vieillis un peu, mais le réveil se fait plus lent. Tu me fais comprendre que tu dois un peu ramer avant d’être en forme. Moi, ça  me dérange un peu. J’ai parfois hâte, tu t’en doutes, de retrouver quelques amis et amies, qui sont d’ailleurs de tes collègues. C’est que tu en as beaucoup. Tu en as vraiment partout, dans le monde entier et des très différents. En plus, c’est peut-être le signe que tu couves une maladie qui ne me dit rien bon.

Je parle, je parle et comme je sais que de tes amies et amis devenus les miens vont encore lire ce que j’écris, il faut que je me limite. Déjà que la pharmacienne m’a reproché parfois d’écrire  trop long, je  vais en rester là pour ce petit courrier amical d’aujourd’hui.

Mais promis, je vais tâcher, d’être plus régulier dans nos échanges épistolaires.

Bien à toi et amitiés à nos amies et amis communs.

A très bientôt.

Mik.

 

06:15 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |