mik dupont UA-70672535-1

13/01/2007

Lettre 106 ( amouritié)

Cher ordi,

 

Tu sais que dans ton écritoire, je n’aime jamais trop y glisser de longs chapitres sur ce qu’est ma vie intime.

Ce soir, je veux pourtant lever un petit voile.

Ami(e) s, lectrices et lecteurs qui passez par ici, je ne sais si vous êtes comme moi, mais souvent je trouve plus facilement les mots pour exprimer ma tristesse, ma mélancolie que ceux qui expriment ma joie, mon bonheur.

En tout cas ce soir, je suis sur mon petit nuage, après une journée bien simple mais magique auprès de l’ami si particulier. C’est qu’il a pu se montrer tellement complice de notre amitié, prouver son attachement et son envie de partager autre chose que l’ouverture de braguette.

Les corps s’expriment et trouvent les gestes paradisiaques quand leurs nudités répondent à celle du cœur. On passe de baiser à faire l’amour, avec le plaisir dépassant le simple partage sexuel. Quelle magie ces instants où les chaînes du quotidien semblent se briser.

Moi, le libertin, cela faisait longtemps que je n’avais plus connu pareil unisson.

Et voilà déjà que j’ai peur de perdre le cœur et la chair de celui qui sait découvrir mon corps, comme il sait déhabiller mes pensées. Peur de perdre celui qui m’offre la découverte d’une génération nouvelle, avec des goûts si différents des miens. Peur de perdre celui qui aime apprendre la complexité de ce que nous sommes tous.

Hier, je mettais, un peu comme un présage, la chanson de Cabrel. J’ose espérer respirer le plus tard possible le parfum des regrets.

Ami, peu importe que la morale soit pour eux. Viens toujours du côté du soleil pour que longtemps encore tu marches dans mes rêves.

Mik.

23:19 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : coeur et chair |  Facebook |