mik dupont UA-70672535-1

21/01/2007

Lettre 110. ( rupture?)

arbre

Cher ordi,

Que de plaintes sur la vie commune de mes amies et amis tu peux parfois me transmettre.

Qu’est ce j’entends : « oui, mais je ne vais quand même pas tout accepter, m’aplatir ainsi chaque fois… » Comme si les relations se jouaient en positions bases ou hautes !

Dans tout cela, moi, je décode des besoins bien plus fondamentaux, ceux d’être rassurés, d’être reconnu et confirmé dans ce qu’on se sent être.

Que de disputes à cause d’une perception que le donné et le recevoir est inégal.

Chacun tente d’argumenter en sa faveur, sans se rendre compte qu’il dévalorise ainsi l’autre, tout en prétendant : « mais non, ce n’est pas pour l’humilier, dominer ou le disqualifier que je dis cela ! ».

Nous avons tous besoin de tendresse, d’écoute, d’être reconnu. Le drame est que nous recevons rarement de l’autre tout cela comme nous le voudrions. Ce n’est pas pour ça, que nous ne recevons rien ! Quand notre désir est trop important sur l’autre, nous cassons souvent la relation et recevons le contraire de ce que nous voulions.

Je reste toujours persuadé que celui qui ne parvient pas à vivre au mieux sa solitude fondamentale, ne parvient pas à vivre harmonieusement avec qui que ce soit.

Hier tu as encore trop entendu, cher ordi, que bien des dialogues sont stériles quand ils se mirent et se font dans des demandes-reproches.

Quand la lutte se fait pour obtenir une image valorisante, gratifiante, de soi, elle ne peut prendre la forme que d’une compétition acharnée qui mène vers la rupture.

Hier tu as pu constater la crise d’un ami qui au départ a accepté une position basse qui l’amène aujourd’hui à la crise. Normal, selon moi. Ses besoins d’être mis en valeur étaient, au début, satisfaits par le fait d’avoir été choisi par quelqu’un possédant une situation haute et qui, à ses yeux, était « prestigieux »

Mais voilà, les besoins refoulés d’affirmation refont surface et il s’étonne de la crise.

Je crois que nous nous connaissons très mal. Osons avoir cette modestie de le reconnaître, avant de reprocher à l’autre de ne pas comprendre ce que nous ne connaissons même pas de nous.

Ami, il est temps de poser des choix, mais le mieux ne serait-il pas de poser le choix de voir plus clair en toi-même ?

Mik.

-------------------------------------------------------------------------

7w6gkh5mUn appel à la solidarité est lancé sur le blog de http://angelique-paradise.skynetblogs.be/ au sujet d'une blogueuse dont la maison vient d'être incendiée.

Je vous invite à découvrir ce qui y est demandé.

Merci.