mik dupont UA-70672535-1

23/01/2007

Celui qui réveillait les consciences endormies...

abbé pierre

 

Un grand homme de notre siècle vient de disparaître.

L’inventeur de la loi du tapage, celui qui s’était fait la voix des hommes sans voix est réduit maintenant au silence. Espérons que ces mots prophétiques, eux, demeurent.

A une époque où nous avons bien plus besoin de modèles que d’hommes de blabla et de discours creux ou moralisateurs, cet espèce de prêtre indiscipliné, toujours impatient d’un monde plus juste, avait la voix de sincérité. Son émotion devenait une arme charismatique capable de soulever des montagnes.

J’avais adoré, en tant que gay, son culot d’avouer dernièrement  avoir eu son premier élan amoureux pour un garçon de son âge. Voilà sans doute qui ne lui vaudra pas la béatification du coincé Benoît XVI, enfermé, abrité, lui, dans la richesse d’un apparat loin de la simple bure du capucin français.

Mais il en va ainsi de cette grosse institution catholique où ont toujours coexisté des Bossuet et des saint-François.

L’histoire a souvent mieux retenu retenus les seconds.

Oui, l’abbé, vous serez à jamais, vous, un exemple de vie. Merci.

En espérant que les grands de ce monde se disant  bouleversés de votre disparition, dans des discours récupérateurs, puissent œuvrer réellement comme vous à l’avancement d’une société plus solidaire, plus humaine, plus équitable où la liberté ne peut être prétexte à ne laisser que les forts gagner !

Mik.